Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 20 juin 2016

1986, mort de COLUCHE

1986
19 juin

medium_1986_coluche.gif



Mort de Coluche

Il était "trop", même quand il jouait les Rockys...
Un putain de camion lui a coupé la route !

Je lui rendis un hommage le soir même dans une émission spéciale sur Poste 4


medium_lucien.jpg



COLUCHE

medium_col_n61.jpgColuche, de son vrai nom Michel Gérard Joseph Colucci, était un humoriste et comédien français, qui a su donner un ton nouveau et impertinent en s’attaquant très vite à la société contemporaine.
Il est né dans le XIVe arrondissement à Paris, le 28 octobre 1944. Il meurt le 19 juin 1986, percutant à moto un camion sur une route des environs de Grasse qui le ramenait de Cannes à Opio.

medium_col_na1.jpg



La suite sur Coluche :http://fr.wikipedia.org/wiki/Coluche

Galerie de photos ; http://www.coluche.free.fr/photos/index.htm

08:55 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : rockin'daddy

mardi, 08 mars 2016

1970, Mort de Janis Joplin

"Pearl" JANIS JOPLIN
4 octobre


Elle nous tire sa révérence emportée par une overdose....


medium_lucien.jpg



JANIS JOPLIN
1943 - 1970


Par Virginie Prosper

Interprète inégalable, Janis Joplin a marqué à jamais l'histoire du rock de sa voix éraillée et puissante. Une vie intense écourtée par les excès de drogues et d'alcool. Trente-cinq après sa disparition, Pearl (son surnom) a reçu en février dernier à titre posthume un Grammy Award pour l'ensemble de sa carrière.

medium_photo1a.jpg



« Peut-être que je ne durerai pas aussi longtemps que d'autres chanteurs, mais à trop s'inquiéter du lendemain je pense qu'on peut tuer l'instant présent. » Evoquer Janis Joplin, revient à parler d'une femme hors norme, d'ailleurs surnommée « Pearl » (perle en français), qui a fait de la musique sa vie, chantant avec ses tripes, avec son âme comme si son existence en dépendait. C'est aussi parler du rock de la fin des années 60, des hippies, des fleurs dans les cheveux, de drogue, de sexe et de rock'n roll. Summertime , Move Over ou encore Ball and Chain ne sont que quelques exemples de l'inoubliable répertoire de Janis Joplin. On ne peut oublier ses interprétations parfois douces, parfois puissantes teintées de blues, de soul et de rock ‘n roll. Une musique qu'elle utilise pour noyer son mal être. « Quand je chante, je ne pense pas. »


Naissance d'une "pearl"

Janis Lyn Joplin est née en 1943 à Port Arthur dans l'état du Texas. Initiée à la musique par ses parents, elle est très vite attirée par le blues et le folk. Parallèlement, elle s'engage en faveur de l'intégration des Noirs, un des sujets sensibles au sein de la société américaine à cette époque, notamment dans les états du Sud très conservateurs. C'est à la fin des années 50 que Janis Joplin, alors adolescente, commence à faire entendre sa voix (pas encore forgée par l'alcool et les drogues) dans les cafés et clubs de Houston et d'Austin. Puis elle fonde son premier groupe les Walker Creek Boys , formation de bluegrass, un style musical populaire à mi-chemin entre la country et la folk. Elle enregistrera par la suite des disques à tendance jazz. En 1963, mal dans sa peau (elle a été élue «homme le plus laid de l'université d'Austin ») et déjà alcoolique, elle part en stop pour la Californie, fait escale à Venice puis à San Francisco où elle se produira régulièrement dans des bars. Evoluant dans l'univers hippie, Janis fait la connaissance de plusieurs musiciens qui lui proposeront trois ans plus tard de faire partie de leur groupe de blues/rock psychédélique, Big Brother and the Holding Company . Entre temps, elle repart au Texas pour chanter dans un groupe de country.

medium_photo21.jpg



Drogue, alcool et rock n roll

Retour sur la côte Ouest en 1966 : l'aventure musicale débute vraiment pour Janis Joplin avec le groupe Big Brother and the Holding Co . Ils se produisent dans de nombreuses villes des Etats-Unis et participent notamment au festival pop de Monterey en juin 1967 où 70000 personnes découvrent cette jeune chanteuse blanche à la voix puissante reprenant des titres comme Ball and Chain dans un état proche de la transe. « Quand je chante, c'est comme une course (…). Quand c'est terminé, vous pouvez vous en souvenir mais vous n'en êtes déjà plus conscient jusqu'à ce que ça se reproduise. (…). C'est comme un moment formidable. C'est comme un orgasme, vous ne pouvez pas vous en souvenir mais vous vous en souvenez malgré tout ». Le groupe connaît enfin le succès. En 1968, il enregistre deux albums, le premier Big Brother and the Holding Company (sans réel succès) sur le label Mainstream records et le deuxième Cheap Thrills sur Columbia qui se vend à plus d'un million d'exemplaires le premier mois de sa sortie. Cet opus se démarque grâce à une pochette dessinée par Robert Crumb issu de la contre-culture et aux reprises de Piece of my Heart d'Emma Franklin ou de Summertime de George Gershwin. Janis Joplin se fait très vite un nom.

medium_alb10.jpgDu coup, les propositions affluent et elle quitte le groupe avec le guitariste Sam Andrew à la fin de l'année 68 pour celui des Kozmic Blues , formation de soul et de rythm'n'blues, avec qui elle sort l'album I Got Dem Ol' Kozmic Blues Again Mama! chez Columbia en 1969, l'année du festival de Woodstock auquel elle participera entre autres avec les Who, Jimi Hendrix ou encore Joe Cocker. Malgré le succès de leur album, le groupe se sépare en 1970, la critique lui reprochant de ne pas être à la hauteur de sa chanteuse, une Janis Joplin entièrement sous l'emprise de drogues diverses, notamment l'héroïne, et de son alcool fétiche, le Southern Comfort (sorte de liqueur de whisky). Une boisson qu'elle consomme en si grandes quantités, augmentant ainsi les ventes, que la société lui offre un manteau de fourrure!

medium_alb9.jpg Avec son troisième et dernier groupe, Full Tilt Boogie Band , Janis semble plus heureuse et également très amoureuse. Elle n'abandonne pourtant pas ni l'alcool ni les stupéfiants. Après avoir sillonné le Canada, le groupe entre en studio à la fin de l'été 1970 pour l'enregistrement de l'album Pearl . Laissant ce dernier opus inachevé (qui sortira en 1971), Janis Joplin meurt le 4 octobre d'une overdose dans sa chambre d'hôtel à Santa Monica, quelques semaines après Jimi Hendrix, une autre légende du rock.

Rockin'Daddy a aussi trouvé : http://janis-joplin.fr/

07:51 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, loisirsculture

1996, Tina TURNER

1996
6 juin

medium_1996_tina.gif



Lyon, halle Tony Garnier
Tina Turner

medium_clip_image003.gif



Pour la troisième fois, j'ai le plaisir d'aller voir une des plus grandes: TINA TURNER.

Celle qui inspira le sexuel jeu de scène de Mick Jagger, chanteur androgine des Rolling Stones !





medium_lucien.jpg



TINA TURNER

Elle a sans nul doute les plus belles jambes de toute la soul. Sa voix inimitable et son énergie sont à la mesure de son talent.

medium_tinaturner4m.jpg



Anna Mae Bullock alias Tina Turner est née le 26 novembre 1939 à Brownsville dans le Tennessee. Elevée dans la petite ville de Nutbush (dont le nom inspira la chanson " Nutbush City Limits "), c'est à St Louis que la jeune Anna découvre avec sa sœur l'univers du rythm'blues et rencontre pour la première fois Ike Turner. Leader d'un groupe local (The king of Rythm) ce dernier l'engage comme choriste et la surnomme Tina en référence à Sheena " Reine de la jungle " héroïne d'une BD crée en 1937 par Will Eisner et SM Iger et à laquelle Ike vouait une grande passion.

Se produisant de clubs en clubs, ce n'est qu'en 1959 qu'ils enregistrent leur premier grand succès national " A Fool in Love " qui les propulse au 2ème rand des R&B charts. Malgré quelques titres qui leur permettent de monter " The Ike & Tina Turner Revue ", ils leur faut attendre 1966 et l'enthousiasme d'un producteur pour le talent de la chanteuse avant de connaître une reconnaissance internationale. Cependant, après quelques gros succès, les relations du couple à la scène comme à la ville, se détériorent jusqu'à leur séparation en 1976.

medium__tina_turner_H152109_L.jpg



Dés lors, Tina, forte de son apparition remarquée dans l'opéra rock des Who, " Tommy ", se lance dans une carrière solo. En 1979, après quelques années noires où elle survécut grâce à des tickets de rationnement, Tina rencontre un producteur australien Roger Davis qui lui remet le pied à l'étrier. En collaborant à divers projets dont un, avec le groupe Heaven, la chanteuse retrouve une maison de disque qui lui permet d'enregistrer son premier album " Private Dancer ". Celui-ci, dont est extrait le célèbre " What's Love Got to Do with it ", est vendu à plus de 11 millions d'exemplaires ! Dés lors, les concerts se succèdent… tout d'abord en première partie de chanteurs comme Lionel Ritchie, puis enfin, en tant que vedette où tout son talent peut s'exprimer dans des spectacles donnés à guichet fermé.

medium_tinaturner6.gif



A la fois chanteuse et actrice sur le troisième volet de Mad-Max dont elle signe le titre phare de la bande-originale " We Don't Need Another Hero ", Tina enchaîne les succès et les duos avec des artistes comme Rod Stewart, Elton John, Eros Ramazotti ou Mark Knopfler, sans oublier sa contribution au disque en faveur de l'Ethiopie " We Are The World ".
Devenue une star internationale incontournable, un film adapté de son autobiographie " I, Tina " est sorti sur les écrans en 1993, de nombreux artistes de référence signent les chansons de ses différents albums ( Sheryl Crow, Massive Attack pour le disque " Wildest Dreams "..)
A 61 ans, Tina Turner, qui annonce sa retraite depuis déjà quelque temps, ne semble pas prête à abandonner la scène, en témoigne son dernier opus intitulé " Twenty Four Seven " sorti en 1999 auquel là encore des interprètes prestigieux comme les frères Gibb ou encore Bryan Adams participent.

medium_tina.jpg



Aussi, on peut affirmer sans nul doute que l'infatigable Tina comblera ses fans pendant encore de longues années.


D'après : http://www.beaute-noire.net/portrait/tina_turner.htm

Tina TURNER avec les Stones Jagger-Richard

medium_tina_et_les_stones.gif

07:43 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loisirsculture

1972, Ike and Tina TURNER ...

1972
14 novembre

medium_1972_tina.jpg



LYON, Palais d'hiver
IKE & TINA TURNER


C'est la première fois que pour un concert le public est composé pour plus de la moitié de Blacks, certains avec la coupe Afro.

Tout ça pour venir voir ce grand duo de la plus grande revue soul-music du monde IKE & TINA TURNER.

medium_iketin08.jpgSans oublier les IKETTES et les spectateurs du dessous de la scène qui se régalent, les yeux fixés sur leurs petites culottes...




medium_lucien.jpg




Anna Mae Bullock alias Tina Turner est née le 26 novembre 1939 à Brownsville dans le Tennessee. Elle est issue d'une famille de métayers du Middle West américain. Elevée dans la petite ville de Nutbush (dont le nom inspira la chanson " Nutbush City Limits "), c'est à St Louis que la jeune Anna découvre avec sa sœur l'univers du rythm'blues et rencontre pour la première fois Ike Turner. Leader d'un groupe local (The king of Rythm) ce dernier l'engage comme choriste et la surnomme Tina en référence à Sheena " Reine de la jungle " héroïne d'une BD crée en 1937 par Will Eisner et SM Iger et à laquelle Ike vouait une grande passion.

medium_iketin04.jpg



Se produisant de clubs en clubs, ce n'est qu'en 1959 qu'ils enregistrent leur premier grand succès national " A Fool in Love " qui les propulse au 2ème rand des R&B charts.
Malgré quelques titres qui leur permettent de monter " The Ike & Tina Turner Revue ", ils leur faut attendre 1966 et l'enthousiasme d'un producteur pour le talent de la chanteuse avant de connaître une reconnaissance internationale.

medium_iketin09.jpg



medium_iketin06.jpgSous la dénomination de Ike & Tina Turner, le groupe atteint une notoriété mondiale en 1969, lors de l'ouverture d'un concert des Rolling Stones
Cependant, après quelques gros succès, les relations du couple à la scène comme à la ville, se détériorent. Cette co-habitation avec Ike devient insupportable pour Tina, et elle le quitte en 1976, n'emportant avec elle que 36 cents et une carte de crédit pour station-essence.

L'ALBUM incontournable de Ike & Tina TURNER....

medium_239288-301684.jpg

07:37 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, loisirs

1990, Tina TURNER

1990
2 juillet

medium_1990_tina_turner.gif



Lyon, halle Tony Garnier
Tina Turner

Cette fois, sans IKE, La super mamie du Rock, Tina Turner, entre deux concerts des Rolling Stones à Marseille le 20 juin, et à Turin le 28 juillet.

medium_lucien.jpg



TINA TURNER

Elle a sans nul doute les plus belles jambes de toute la soul. Sa voix inimitable et son énergie sont à la mesure de son talent.

medium_tinaturner4m.jpg



Anna Mae Bullock alias Tina Turner est née le 26 novembre 1939 à Brownsville dans le Tennessee. Elevée dans la petite ville de Nutbush (dont le nom inspira la chanson " Nutbush City Limits "), c'est à St Louis que la jeune Anna découvre avec sa sœur l'univers du rythm'blues et rencontre pour la première fois Ike Turner. Leader d'un groupe local (The king of Rythm) ce dernier l'engage comme choriste et la surnomme Tina en référence à Sheena " Reine de la jungle " héroïne d'une BD crée en 1937 par Will Eisner et SM Iger et à laquelle Ike vouait une grande passion.

Se produisant de clubs en clubs, ce n'est qu'en 1959 qu'ils enregistrent leur premier grand succès national " A Fool in Love " qui les propulse au 2ème rand des R&B charts. Malgré quelques titres qui leur permettent de monter " The Ike & Tina Turner Revue ", ils leur faut attendre 1966 et l'enthousiasme d'un producteur pour le talent de la chanteuse avant de connaître une reconnaissance internationale. Cependant, après quelques gros succès, les relations du couple à la scène comme à la ville, se détériorent jusqu'à leur séparation en 1976.

medium__tina_turner_H152109_L.jpg



Dés lors, Tina, forte de son apparition remarquée dans l'opéra rock des Who, " Tommy ", se lance dans une carrière solo. En 1979, après quelques années noires où elle survécut grâce à des tickets de rationnement, Tina rencontre un producteur australien Roger Davis qui lui remet le pied à l'étrier. En collaborant à divers projets dont un, avec le groupe Heaven, la chanteuse retrouve une maison de disque qui lui permet d'enregistrer son premier album " Private Dancer ". Celui-ci, dont est extrait le célèbre " What's Love Got to Do with it ", est vendu à plus de 11 millions d'exemplaires ! Dés lors, les concerts se succèdent… tout d'abord en première partie de chanteurs comme Lionel Ritchie, puis enfin, en tant que vedette où tout son talent peut s'exprimer dans des spectacles donnés à guichet fermé.

medium_tinaturner6.gif



A la fois chanteuse et actrice sur le troisième volet de Mad-Max dont elle signe le titre phare de la bande-originale " We Don't Need Another Hero ", Tina enchaîne les succès et les duos avec des artistes comme Rod Stewart, Elton John, Eros Ramazotti ou Mark Knopfler, sans oublier sa contribution au disque en faveur de l'Ethiopie " We Are The World ".
Devenue une star internationale incontournable, un film adapté de son autobiographie " I, Tina " est sorti sur les écrans en 1993, de nombreux artistes de référence signent les chansons de ses différents albums ( Sheryl Crow, Massive Attack pour le disque " Wildest Dreams "..)
A 61 ans, Tina Turner, qui annonce sa retraite depuis déjà quelque temps, ne semble pas prête à abandonner la scène, en témoigne son dernier opus intitulé " Twenty Four Seven " sorti en 1999 auquel là encore des interprètes prestigieux comme les frères Gibb ou encore Bryan Adams participent.

medium_tina.jpg



Aussi, on peut affirmer sans nul doute que l'infatigable Tina comblera ses fans pendant encore de longues années.


D'après : http://www.beaute-noire.net/portrait/tina_turner.htm

Tina TURNER avec les Stones Jagger-Richard

medium_tina_et_les_stones.gif

07:29 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : musique, loisirsculture

samedi, 05 mars 2016

1962, j'ai rencontré Sylvie VARTAN

1962
28 novembre


medium_1962_sylvie_et_moi.jpg

LYON, Passage de l'arc
SYLVIE VARTAN


medium_ep-yeye-sylvie-vartan.jpgJ'avais 18 ans et en pleine guerre d'Algérie "qui n'en était pas une", SYLVIE VARTAN me dédicace son disque "TOUS MES COPAINS"

Sylvie VARTAN
Notre petite princesse de la "Vague" que nos aînés avaient baptisée "Yéyé"....

J'abandonnais très vite la belle Sylvie, aspiré que je fus par le cyclone Rock N'Roll....

J'ai retrouvé quelques lignes sur elle :

*** Au cours de ces années 60 qui s'achèvent, Sylvie Vartan s'est révélée comme la star féminine de son temps et ce sur tous les fronts : disque, scène, télévision, mode, mariage, maternité... face à Sheila (reine du disque et de la télévision), Françoise Hardy (disque, mode et cinéma) ou France Gall (disque et mode).

medium_1965_sylvie.gif



De la Collégienne du Twist des années 1961-1962 à la meneuse de revue de son spectacle à l'Olympia en décembre 1968, en passant par le 12 avril 1965 à Loconville où, telle la plus belle pour aller danser, elle a épousé l'idole des jeunes Johnny Hallyday, lui donnant le 14 août 1966 un fils, David, Sylvie Vartan a su s'affirmer, de la jeune fille à la jeune femme moderne, imposant un style résolument dans le vent *** Archives JUKEBOX magazime, février 2006,

Sylvie Vartan, toujours aussi radieuse ....

medium_2003_sylvie_.jpg

18:23 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : musique, loisirsculture

mardi, 04 août 2015

1970, 18 septembre ... Jimi HENDRIX

1970, 18 septembre

medium_1970_jimi_hendrix.gif

A gauche, et ci-dessus : Dessins Serge Basset 

 

JIMI HENDRIX.

 

Mort à LONDRES de JIMI HENDRIX.... 27 ans !

Il était annoncé dans les prochains mois pour un concert au palais des sports de LYON-GERLAND

medium_lucien.jpg

1942-1970 medium_jimi36.jpgIl est né à 10h15 le matin du 27 novembre 1942 au King County Hospital de Seattle. Sa mère, Lucille (de son nom de jeune fille Jetter), est alors agée de 17 ans et son père, Al est à l'armée et qui plus, est caserné en Alabama à des centaines de kilomètres de Seattle... Il fut tout d'abord prénommé Johnny Allen Hendrix puis plus tard son nom a été changé par son père en James Marshall Hendrix plus connu sous le nom de Jimmy. Nous laisserons tout le coté personnel de la vie de Jimi Hendrix pour uniquement s'attacher à sa carrière musicale.

medium_p55418bjchxhendrix.jpg

Celle ci commence de bonne heure car dans sa famille on écoute énormément de musique, il baigne donc dans l'univers de Duke Elington, Louis Jordan et bien d'autres. ........ Juin 1964, les Rolling Stones sont en ville ! Dans leur bagage, il y a Linda Keith. Cette dernière, petite amie en cours de rupture avec Keith Richards, le remarque et elle en parle à Chas Chandler. Ce dernier a été le bassiste des Animals, groupe qui a connu un succès international avec la reprise du traditionnel "House of the Rising Sun". (ne pas oublier "Don't Let Me Be Misunderstood" qui depuis 1964 est repris à peu pres tous les ans...)

medium_jncjimi2.jpg

.......Le 24 Septembre 1966, un samedi, Jimmy débarque à Londres. Il aurait du être accompagné de Randy California, mais les parents de celui-ci, le jugèrent trop jeune pour le voyage (il avait juste 15 ans...). Cela n'empéchera nullement Randy California de faire une fort belle carrière au sein Spirit. Fin Septembre, Jimmy jamme sur la scène du Blaise avec le Brian Auger Trinity, un français est dans la salle et repère Jimmy. Cet artiste français s'appelle Johnny Hallyday et il cherche une première première partie pour sa nouvelle tournée française. Précision : dans les années 60, il pouvait y avoir 4 ou 5 groupes avant la tête d'affiche, car généralement les groupes ne jouaient que 3 ou 4 titres (ceux classés dans le Top du moment). Et comme le producteur du jeune guitariste n'est autre que Chas Chandler. ...............

Septembre 1970 : Le 6, dans le cadre du "Love and Peace Festival", Jimi interprète sans le savoir son dernier show officiel à Fehmarn en Allemagne .Il commence le show par le très classique "Killing Floor" et finit par "Voodoo Child". Le 11, Jimi donne sa dernière interview à Londres. Le 16, Jimi jamme avec Eric Burdon and War au Ronnie Scott's Club.

Il est mort le 18 Septembre 1970, à l'age de 27 ans. Les causes de cette mort sont hors de propos. Il n'est pas question de porter un jugement, ni de donner un fondement à une énième tentative d'explication, il est simplement regrettable qu'un jeune homme de 27 ans soit mort.

medium_jimi34.jpg

Il laisse derrière lui une oeuvre qui lui survivra pendant, je l'espère, très longtemps. medium_velo_31_juillet_011.jpgRockin'Daddy a pioché ces quelques lignes dans Jimi Hendrix Story dont vous trouverez l'intégralité en allant sur : http://musicolinuxien.lost-oasis.net/jimi/jimi.php

mercredi, 21 janvier 2015

2007, Marianne Faithfull, 1er décembre, à Béziers

2007, 1er Décembre, Béziers

Marianne Faithfull

Ce samedi 1er décembre, nous avons rendez-vous (pour moi la première fois fut à Lyon en 1995), avec Marianne Faithfull dans la nouvelle salle (type Zénith) de concert construite tout récemment à Béziers, le Zinga Zanga.

be5cf58c9e5dc87701a2d599f46574a0.jpg



Une fois n'est pas coutume dans notre région, mais une importante campagne de presse eut lieu pour annoncer le show de Marianne.

b350c28eb67478d4b32287280b31b62d.jpg


21 nov Midi libre1.JPG *** 21 nov. Midi libre2.JPG *** 22 nov Sem de l'Hérault Marianne F.JPG *** 29 nov Midi libre Marianne F.JPG *** 29 nov Sem de l'Hérault Marianne F.JPG *** 30 nov Midi libre Marianne F.JPG

Pendant une bonne heure et demi (c'est fou comme le temps passe vite quand on est bien) la voix rauque très particulière de Marianne nous enchanta avec des chansons qui allèrent du romantique le plus suave au Rock le plus sauvage. De nombreux extraits de ses différents albums, comme le titre Vagabond Way.

Enorme succès prévisible de The Ballad Of Lucy Jordan
après quoi Marianne (qui nous glisse souvent quelques mots de Français, en admettant que ce n'est pas facile) nous gratifie d'un émouvant "My People".


Elle rend un hommage à Otis Redding avec un clin d'oeil aux Rolling Stones en interprêtant Pain in my Heart.

Arrive malheureusement trot tôt le moment où Marianne nous annonce la dernière chanson qui lui a été offerte, il y a fort longtemps par Keith et Mick, As Tears Go By....

1e12ea97fe2b68658c9a2be9ae3546ce.jpg


Zoom : Marianne Faithfull le concert.jpg

Et l'ultime retour, avec le public qui est descendu pour se serrer devant la scène, il m'est alors possible de tirer quelques photos que je vous ai présentées ci-dessus.

Belle soirée pour deux raisons.
La première est d'avoir retrouvé cette grande Star de la Pop, Icône de l'épopée Stones, et la deuxième c'est la SATISFACTION d'avoir enfin une vraie salle de concert à Béziers.

Enfin, ça va bouger, en sortant, nous avons aperçu deux affiches annonçant prochainement ARNO, et Juliette GRECO....

6e0c130760105201310e290d19941233.jpg


Voir l'article : 2 déc midi libre Marianne F.JPG

c41aa8114b6d542e541f81821fddb0e8.jpg


Photos aimablement envoyées par Eric
photos Eric.jpg

mercredi, 24 décembre 2014

Joe Cocker. La liste s'allonge tragiquement !

Joe Cocker, rauque 'n' roll

Par Pauline Le Gall

 DISPARITION - La star anglaise du blues-rock, une des dernières légendes de Woodstock, s'est éteinte hier à l'âge de 70 ans des suites d'un cancer du poumon dans son ranch du Colorado.

La voix éraillée, les mains mimant un jeu de guitare avec ses riffs endiablés du classique des Beatles With a Little Help from My Friends, ses cheveux longs et ses pattes qui descendent jusqu'au cou. Woodstock, 1969. Joe Cocker, 25 ans, enflamme le plus célèbre des festivals de rock en faisant hurler la chanson de Lennon et McCartney dans son tee-shirt sur lequel est inscrit «tie and dye». Entouré de Janis Joplin, Jimi Hendrix et Jefferson Airplane, le chanteur écrit la première page de son histoire en mélangeant blues, rock, une gestuelle et une présence scénique qui le placent directement dans le panthéon des showmen.

 

pappy's rock

 

Il apparaît là, aux yeux du monde, vingt-cinq ans après sa naissance à Sheffield, sous le nom de John Robert Cocker. C'est là, au cœur de l'Angleterre ouvrière, qu'il connaît ses premiers frissons sur scène. Il n'a alors que 12 ans lorsque, pour la première fois, il se produit en public avec son frère. Parallèlement, il suit une formation de plombier. Dans les années 1960, il monte avec trois amis les Cavaliers, puis les Vance Arnold and the Avengers, clin d'œil à deux de ses idoles, Elvis Presley (il a confondu Vance et Vince, prénom d'Elvis dans Jailhouse Rock) et Eddy Arnold. Dans les pubs de Sheffield, il se fait la main sur ce qui va devenir la clé et le socle de toute sa carrière: les reprises.

Comme la tradition le veut dans les pubs, il joue des morceaux connus du public, des classiques de Chuck Berry, d'Elvis, de Ray Charles. C'est un artiste élevé sur scène, jugé par un public aguerri qui voit défiler des dizaines de groupes dans le nord de l'Angleterre. À la façon des grands jazzmen, Cocker prend un air connu et en propose une variation, y ajoutant cette teinte blues-rock brute qui va très vite le caractériser. Allant de formation en formation, c'est pourtant en solo, grâce à un titre du répertoire rock, qu'il sort de l'anonymat: avec le With pappy's rocka Little Help from My Frienddes Beatles. Il fait de la ritournelle pop du groupe, parue sur Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band en 1967, un hymne déchirant. Woodstock, une tournée avec les Who, sa célébration avant l'heure de l'air guitar et une furieuse authenticité font le reste: Cocker est une star. Les Fab Four, admiratifs devant sa reprise, le laissent même écouter leurs nouvelles compositions en avant-première.

Ses deux albums, With a Little Help from My Friends et Joe Cocker, le propulsent au sommet des ventes. Dans la foulée, sous la houlette du musicien et compositeur Leon Russell, il entame une tournée parmi les plus furieuses de toute l'histoire du rock, immortalisée dans le film Mad Dogs and Englishmen. Mais, alors que les idoles de Woodstock - Jimi Hendrix et Janis Joplin - disparaissent, Cocker sombre. Il flotte comme une impression dans le monde que le rock a vécu. Au milieu des années 1970 et en pleine émergence de Pink Floyd et Genesis, le chanteur ne trouve plus sa place. Il est déjà perdu dans les vapeurs d'alcool et les illusions de l'héroïne à laquelle il est devenu accro en tournée. Après You Are So Beautiful, coécrit avec Billy Preston en 1974, il traverse le désert, titubant sur les scènes où il se produit, ne finissant pas ses concerts.

 

pappy's rock

 

Le cinéma va lui redonner sa chance. Loin du fringuant hippie de Woodstock, c'est en Cocker crooner qu'il retrouve le succès. Dans un duo avec la chanteuse Jennifer WarnesJ. Ensemble, ils chantent l'inoubliable Up Where We Belong, qui introduit dans la carrière du bluesman les synthés des années 1980. La chanson illustre le film Officier et Gentleman avec Richard Gere et elle vaut un oscar à ses compositeurs Buffy Sainte-Marie et Jack Nitzsche. En 1986, sa voix éraillée, son blues et sa reprise de Randy Newman illustrent l'une des scènes les plus suggestives de l'histoire du cinéma. C'est sur son You Can Leave Your Hat Onque Kim Basinger se déshabille lentement face à un Mickey Rourke hébété dans le 9 semaines 1/2 d'Adrian Lyne. En jouant des cassures rythmiques, la version de Cocker réinvente la sensualité du rock et devient plus célèbre que l'originale. Randy Newman lui-même rendait hommage à son interprétation complètement outrancière. Les mélomanes l'invitent dans leurs foyers et accueillent à bras ouverts ses nouvelles reprises, dont l'une des plus célèbres reste sa version lancinante de Unchained My Heart de son modèle de toujours, Ray Charles.

Cocker, avec sa figure ronde, sa barbe et ses chemises impeccables, apparaît régulièrement à la télévision et continue d'enchaîner les tournées. Plus rien n'entame sa popularité. Toute l'Angleterre l'érige en héros. La Reine Elizabeth le fait membre de l'Ordre de l'Empire britannique en 2012, ne lui en voulant pas d'avoir choisi pour résidence le Colorado. À Sheffield, sa ville natale, une plaque est dédiée au petit plombier devenu une des plus grandes figures du blues. Le sachant malade, Billy Joel a demandé cette année à ce que son ami soit intronisé au Rock and Roll Hall of Fame. Trop tard, puisqu'un cancer du poumon a emporté Cocker à l'âge de 70 ans dans son «Mag Dog Ranch», à Crawford dans le Colorado où il vivait seul avec son épouse, Pam, son plus grand regret étant de ne pas avoir eu d'enfants. Une disparition qui intervient après un dernier album (Fire Up en 2012) et une tournée. «Le sommet de sa carrière», selon son agent. En lui rendant hommage, ce dernier a salué l'artiste, qui jouait encore sur scène en juin dernier comme «le plus grand chanteur de rock-soul jamais produit par le Royaume-Uni».

L'une des dernières légendes de Woodstock a tiré sa révérence.

Le Figaro:  23 décembre 2014

Voir aussi Le Monde :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/12/22/mort-du-chanteur-americain-joe-cocker_4545097_3246.html

 

pappy's rock

 Midi libre 23 décembre 2014.JPG

 

mardi, 23 décembre 2014

1972, Joe COCKER

1972
28 juin, Lyon, JOE COCKER


medium_1972_joe_cocker.jpg



LYON-Gerland, Palais des sports

JOE COCKER


Pour la première fois nous allons voir et entendre JOE COCKER.

Nous étions confortablement assis à quelques mètres de la scène.
J'avais beaucoup aimé ce type avec cette drôle de voix.

Dommage que le public d'une affligeante nullité se soit cru obligé de se la jouer WOODSTOCK !




medium_lucien.jpg




JOE COCKER

medium_zap_cocker2.jpg




John Robert Cocker, rebaptisé Joe Cocker, est né dans le Yorkshire, à Sheffield, le 20 mai 1944, et ne se destine en rien à la musique !

Il débute en effet un apprentissage de la plomberie qu'il arrête à l'âge de seize ans !


medium_shirt1.jpgLe virus musical le saisit à l'adolescence et il devient le chanteur de The Cavaliers, groupe emmené par son frère et qui se rebaptise peu après Vance Arnold and The Avengers.

Joe Cocker enregistre un véritable premier single en 1963. C'est une reprise des Beatles, I'll Cry Instead, mais il n'a pas la même réussite que ses copains du bord de la Mersey !

Il intègre ensuite un nouveau groupe, Grease Band, mais ne renonce pas à son rêve et surtout à ses influences. C'est ainsi qu'il revisite à nouveau le répertoire des Fab Four en reprenant le fameux With A Little Help From My Friends.

Woodstock

medium_wood1.jpg Nous sommes en 1968 et la carrière de Joe est lancée ! Il triomphe grâce à son premier album, sur lequel il convie toutes les pointures anglaises de l'époque (Jimmy Page de Led Zeppelin, Steve Winwood).

1969,

Il fait partie des grosses révélations du légendaire festival de Woodstock.

L'année suivante, il entreprend une longue tournée aux Etats-Unis avec un groupe formé pour l'occasion, Mad Dogs And Englishmen, et un album du même nom.


medium_poster1.jpg



Les années 70 sont plutôt synonymes d'alcool et de drogue pour Joe Cocker.

Paradoxalement, malgré cette déchéance, il reste très populaire outre-Atlantique, contrairement à son pays natal qui l'a déjà rangé aux oubliettes.

11:48 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, loisirs

lundi, 22 décembre 2014

1985, Joe Cocker !

1985,
2 juillet, JOE COCKER

medium_1985_joe_cocker.jpg



Lyon, "annoncé" Théatre de Fourvière
Joe Cocker

J'ai pu, une fois encore, aller applaudir Joe Cocker, à la bourse du travail de LYON (pour raison de pluie).

medium_joe_cocker.jpg



J'étais à quelques mètres de ce type qui vous file la chair de poule.

C'était la grande époque de son énorme reprise de "Unchain My Hart" de Ray Charles....



medium_lucien.jpg



JOE COCKER
Chanteur anglais
Né à Sheffield, Yorkshire le 20 mai 1944

medium_joe_cocker4.jpgAprès avoir passé son adolescence à Sheffield, ville minière au nord de l'Angleterre, John Robert Cocker quitte le lycée à seize ans pour se consacrer à la musique. Chanteur du groupe de son frère, Vance Arnold and the Avengers, Joe Cocker reprend les grands tubes de Ray Charles. Plombier le jour, chanteur la nuit, il tente de percer dans le milieu. Après un premier titre en 1964, un échec, il monte un groupe avec Chris Stainton, The Grease Band, aux intonations de blues.

En 1968, il enregistre 'With A Little Help From My Friends', une reprise des Beatles. Cette chanson est un tube en Angleterre et aux Etats-Unis. Invité à Woodstock en 1969, il devient une star de la soul. Après deux albums en collaboration avec Leon Russel, un multi-instrumentaliste, Joe Cocker entame une descente aux enfers. Accumulant les déboires avec la justice, Joe Cocker lutte contre la toxicomanie et l'alcoolisme.

Dans les années soixante-dix, ses deux albums sont jugés médiocres, sauf aux Etats-Unis, où il est toujours adulé.
Entre 1980 et 1982, il entame une cure de désintoxication. Dès lors il reprend le chemin des studios et repart en tournée.
Son album 'Unchain My Heart' le relance sur la scène internationale.

Depuis l'homme blanc à la voix de soulman noir enchaîne les albums, avec grand succès.

12:25 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : musique, loisirsculture

dimanche, 21 décembre 2014

1992, Joe COCKER

1992
11 avril, Grenoble, Joe COCKER

medium_1992_joe_cocker.gif


1992_joe_cocker.gif

Grenoble, au Summum,
Joe Cocker

Nous assistons une fois encore à un concert de Joe Cocker au sommet de sa forme.



medium_lucien.jpg



Joe COCKER

medium_joe_cocker.2.jpgAprès avoir passé son adolescence à Sheffield, ville minière au nord de l'Angleterre, John Robert Cocker quitte le lycée à seize ans pour se consacrer à la musique. Chanteur du groupe de son frère, Vance Arnold and the Avengers, Joe Cocker reprend les grands tubes de Ray Charles. Plombier le jour, chanteur la nuit, il tente de percer dans le milieu. Après un premier titre en 1964, un échec, il monte un groupe avec Chris Stainton, The Grease Band, aux intonations de blues. En 1968, il enregistre 'With A Little Help From My Friends', une reprise des Beatles. Cette chanson est un tube en Angleterre et aux Etats-Unis. Invité à Woodstock en 1969, il devient une star de la soul. Après deux albums en collaboration avec Leon Russel, un multi-instrumentaliste, Joe Cocker entame une descente aux enfers. Accumulant les déboires avec la justice, Joe Cocker lutte contre la toxicomanie et l'alcoolisme. Dans les années soixante-dix, ses deux albums sont jugés médiocres, sauf aux Etats-Unis, où il est toujours adulé. Entre 1980 et 1982, il entame une cure de désintoxication. Dès lors il reprend le chemin des studios et repart en tournée. En 1987, son album 'Unchain My Heart' le relance sur la scène internationale. Depuis l'homme blanc à la voix de soulman noir enchaîne les albums, avec grand succès.

D'après :http://www.evene.fr/celebre/biographie/joe-cocker-15513.php

medium_joe_cocker2.jpg

12:28 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loisirsculture

mardi, 28 octobre 2014

2007, 22 juin ... Michel POLNAREFF

medium_polnareff_toulouse_4.JPG... 5 jours après un fantastique show des Rolling Stones à GERLAND,

... Nous voici à TOULOUSE, au Zénith pour y retrouver Michel POLNAREFF
... Je l'avais vu une unique fois en 1972 au Palais des sports de LYON....
http://pappy-srock.midiblogs.com/archive/2006/09/26/1972-...

medium_Polnareff_TOULOUSEa_22_juin.jpg


Polnareff_TOULOUSEa_22_juin.jpg

Pendant 2 H 20, passées comme la lumière, UN Polnareff renversant, plein d'humour, avec sa voix intacte, nous offre un show exceptionnellement beau et son bouquet d'éternels succès qui nous ravissent le coeur.
Il attaque son tour de chant avec "je suis homme", et au fil des chansons, il ne manque pas de faire chanter SON PUBLIC ni d'accrocher ceux qui l'ont cassé dans un proche passé... DU GRAND ART !

Good Bye Mary Lou annonce la cloture de ce concert, avant que Michel Polnareff nous gratifie de deux longs retours après de fervents rappels.
De grands moments de joie et d'émotions avec cette grande STAR que je ne regrette certainement pas d'être venue applaudir ce soir.

medium_Polnareff_TOULOUSE_22_juin.jpg


Polnareff_TOULOUSE_22_juin.jpg

medium_polnareff_toulouse_1.JPG
Fort dommage que cette formidable salle du Zénith soit si mal implantée, et difficile d'accès du fait des rues étroites qui la cernent.
polnareff_toulouse_1.JPG
Incompréhensible l'absence totale de bus, ou de taxis, à l'aller comme au retour !
A noter que vouloir prendre le métro, tard le soir devant la gare MATABIAU relève de l'héroïsme suicidaire quand on voit la "faune" qui squatte, y compris la journée (le chauffeur de taxi qui nous ramenait à l'hôtel nous expliqua qu'à partir de 2 H00, plus aucun taxi ne stationnait là ?)

Retrouvez tout sur "ze tour 2007" : www.polnaweb.com

1972, Michel POLNAREFF

1972
12 juillet


medium_1972_polnareff.jpg



Palais des sports-Lyon-Gerland.

MICHEL POLNAREFF


Première partie
DYNASTIE CRISIS

Soirée "gag". Il faut savoir que les billets avaient été imprimés par la boîte où travaillait Jacky, le mari de ma frangine !!!
Autant dire que tous les copains des copains avaient leur entrée ! Imaginez la tronche du "Michel"....

Une première partie à se tordre de rire avec Dynastie Crisis....

medium_PianoDroit.jpgEt puis un Polnareff vexé avec un tour de chant laissant beaucoup à désirer.

Heureusement, en type intelligent et beau joueur, et après qu'il nous ait demandé si nous aimions le Rock n'Roll , pour notre grand plaisir, il termine son show, au piano, par une inoubliable jams de rock n'roll dont Jerry Lee Lewis aurait été assez fier.

medium_ChantMicro.jpg



Sacrée soirée !!!!



medium_lucien.jpg



Michel POLNAREFF

medium_5PolnaVsd955.jpg



Michel Polnareff naît à Nérac, dans le Lot-et-Garonne, le 3 juillet 1944. Sa mère, Simone Lane, est une ancienne danseuse, et son père, Leib Polnareff, est connu sous le nom de Léo Poll, et a notamment écrit pour Edith Piaf et les Compagnons de la chanson. Autant dire que la fibre artistique du petit Michel ne demande qu'à s'exprimer.

Très tôt, la famille Polnareff regagne Paris. Dès l'âge de cinq ans, Michel apprend le piano, et la musique occupe sa vie. Il est un élève brillant et décroche à onze ans, un premier prix de solfège au conservatoire de Paris. Il apprend alors la guitare, et après son bac et son service militaire à Montluçon, puis une très courte expérience professionnelle dans les assurances, il préfère prendre son instrument pour jouer dans la rue.

medium_polnareff-michelpolnareff.jpgEn 1965, il décroche le prix Disco Revue à la Locomotive à Paris. Cette victoire lui permet d'enregistrer un disque chez Barclay, mais à contre-courant des jeunes chanteurs débutants, Polnareff refuse cette formidable opportunité !

C'est Lucien Morisse, dirigeant alors Europe 1, qui le fait signer chez AZ. Pour son premier disque, La poupée qui fait non, Polnareff obtient un succès inattendu. Dès sa sortie en 1966, le titre est un tube.

Il enchaîne avec Love me please love me, et se démarque vraiment de la production musicale de ces années 1966-1967. Son style nouveau, très musical, oeuvre d'un grand compositeur et d'un personnage atypique, traverse les frontières et dès ses premiers morceaux, Polnareff se classe dans les charts européens, de l'Angleterre à l'Allemagne.

medium_PolnaNB5.jpg



medium_3085-1.jpgUn personnage atypique. Le style Polnareff envoûte, mais le chanteur sait aussi jouer avec son image: lunettes noires, pantalons moulants, provocations ambiguës, Polnareff défraie la chronique musicale et journalistique.

medium_polnareff-polnareffs.jpgSon titre L'amour avec toi est interdit d'antenne avant 22 heures pour pornographie, et on prête au jeune chanteur de nombreuses conquêtes féminines. Dès 1969, Michel explose: tournées, Olympia, musique de film, tubes après tubes, on ne parle que de lui, et il est la cible des médisants.

En 1970, il est même agressé sur scène. Cet évènement tragique le pousse à bout. En septembre de la même année, son complice et ami Lucien Morisse se suicide. C'en est trop pour un Polnareff fragilisé par le succès, les médias et le travail.

Après une cure de sommeil en région parisienne, et de longs mois de repos et d'isolement, Polnareff reprend petit à petit le chemin de la scène et des studios. L'écriture de la musique de la "Folie des Grandeurs" de Gérard Oury le relance.

Grâce au sport, sa santé et son moral s'améliorent. Mais pas sa vue: ses yeux fragiles et sa myopie l'obligent à protéger sans cesse son regard. Les ennuis ne vont pas s'arrêter là.

medium_polnareff-polnarevolution.2.jpg



En 1972, l'affiche de son prochain spectacle Polnarévolution le représente fesses nues. Ce scandale, bien que bénéfique commercialement, lui apporte à nouveau interdictions et procès.

medium_polnarevolution3.jpg



Puis au retour d'une tournée mondiale, qui le mène du Japon à la Polynésie, il apprend que son homme de "confiance", Bernard Seneau, chargé de gérer sa fortune, l'a trompé. Il ne reste plus un sou dans les caisses de Polnareff, et le manager indélicat s'est volatilisé avec plusieurs millions.

Contraint de rembourser des sommes qu'il ne possède plus, écrasé par la mort de sa mère, Polnareff n'en peut plus. Début 1973, il quitte la France pour les Etats-Unis, où il vit anonyme, reposé.

Puis en 1975, son titre Jesus for tonight rentre dans le Billboard américain. Mais le succès aux Etats-Unis n'est pas aussi pesant qu'en France. De plus, Polnareff dispose là-bas d'une technologie développée et de musiciens hors pair. Il se découvre ainsi une passion pour l'informatique.

Une tournée en 1975 le mènera aux portes de la France (où il était interdit de séjour), en Belgique. Les fans se déplacent par milliers pour le voir chanter. S'il revient en France en 1978, c'est uniquement pour se présenter au tribunal...

Cet exil forcé ne l'empêche pas d'écrire et de composer. Ses albums connaissent des succès divers. C'est surtout Bulles en 1981 qui lui prouve que le public français ne l'oublie pas.

Retour surprise en France en 1989. Sans aucune promotion, Goodbye Marylou envahit les ondes radio et fait un triomphe. Pendant un an et demi, Polnareff s'enferme au Royal Monceau à Paris et y enregistre, entouré d'amis et d'alcool, Kama Sutra, qui sort en février 1990 et marque le vrai retour de Polnareff.

Un retour accompagné de la gloire d'antan et de ses mauvais côtés. Les photographes l'épient, les rumeurs courent sur sa santé, d'autant plus qu'il se décide enfin à se faire opérer des yeux pour éviter une cécité irrémédiable.

Lassé, il reprend la route des USA en 1995, s'installe dans un hôtel et y prépare son retour sur scène au Roxy (dont est issu le fameux album Live at the Roxy).

medium_PolnaDesert.jpg



De mystères en absences, de rumeurs en albums surprises, Polnareff est sans doute l'artiste qui a pu le mieux préserver son univers en renonçant à la célébrité.

Homme de l'ombre, à l'instar d'un Gérard Manset, il n'en est pas moins un compositeur de génie, toujours au-dessus des modes et des courants, et dont chaque album est un évènement musical.

Sébastien Brumont