Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 28 mars 2014

1966, the ROLLING STONES à LYON

1966, 31 mars,

The ROLLING STONES

medium_1966_stones_a_lyon.3.gif


LYON ! .....
THE ROLLING STONES


medium_1966_avis.jpg



Il est 17 heures. Nous sommes, nombreux, devant le Palais d'hiver. En stationnement, il y a sept cars de C.RS et une Jeep avec radio.
Que se passe-t-il ?
Va-t-il y avoir dans les heures qui suivent une manifestation de rue organisée par un mouvement syndical ou politique ? Non, rien de tout cela. Il y a simplement à l'intérieur du Palais d'hiver trois à quatre mille spectateurs qui sont venus entendre et voir les ROLLING STONES qui se produiront une première fois cet après-midi et donneront un second concert à 21 heures.

medium_1966_stones.jpg



.*** ...Bref, ça sentait la poudre, il y avait des cordons de police comme pour une « manifés » de rue, et une ambulance en « en cas ». Le Palais d'hiver pour la circonstance n'avait sorti la vaisselle d'apparat, ni ses nappes en fil et fil, et recevait, comme ça en copain, sans cérémonie. *** LUC TRASSOUDAINE, DERNIERE HEURE LYONNAISE.

medium_1966_palais_d.jpg



Et si vous aimez les ROLLING STONES, mon bouquin vous attend ici :
http://40anneesavectherollingstones.midiblogs.com/

mercredi, 18 juillet 2012

Un "Deep Purple" est mort !

Un Deep Purple

Nous a quittés

Jon Lord

C'était le clavier d'un des plus grands groupes de l'histoire du rock.

Jon Lord, membre historique de Deep Purple, s'est éteint lundi 16 juillet à Londres, à l'âge de 71 ans. La nouvelle est venue de son site officiel.

 

stone free

 

Jon Lord était en soins depuis plusieurs mois, tentant de vaincre un cancer du pancréas. C'était l'un des membres fondateurs de Deep Purple en 1968, groupe mondialement célèbre pour son Smoke on the water ou encore de l'épique Child in time, dont Lord avait lui-même signé le riff.

La particularité de Jon Lord résidait dans le fait qu'il utilisait un orgue Hammond, élément essentiel du style du groupe.

 

http://www.huffingtonpost.fr/2012/07/16/jon-lord-mort-deep-purple-clavier-orgue-hammond_n_1677349.html

 

mercredi, 25 janvier 2012

1988, les BERURIERS NOIRS

1988
29 janvier

medium_1988_beru.gif



LYON, Bourse du travail.
Béruriers Noirs

Une soirée complètement délirante avec les Beruriers noirs.
La scène ressemble à un vide grenier, la rythmique d'enfer est assurée par une boîte à rythme.

Ils courent et bondissent dans tous les sens, se déguisent.

Absolument dingue "A veritable french happening".

Eddy était ami avec Marsu le manager.

C'est ce qui explique que nous avons fini tard dans la soirée, sur la scène au milieu du groupe dans une méga-partie de déconnade.

Pas tristes souvenirs !!!!



medium_lucien.jpg




Les "BERUS"

Le groupe (composé d'Olaf, de Pierrot et de François) se forme en 1978 sous le nom de « Bérurier », en référence au personnage San-Antonio des romans de l'écrivain Frédéric Dard. Leur style de musique s'inspire de celui de Métal Urbain : une voix, une boîte à rythmes et une guitare électrique saturée.

À leurs débuts, les « Bérurier » changent souvent de nom : il s'appellent successivement « Bérurier rebelle », « Bérurier Véritable », « Bérurier Army », « Bérurier Moine », « Béruriers UTDM », « Bérurier Fighter », « Peste », « Barbelés », « Poli-Mili »…

Les membres du groupe changent aussi. Pierrot, le guitariste, est appelé sous les drapeaux, puis, ayant déserté, se voit contraint de faire un séjour en prison. Pour le remplacer, les Bérurier font alors appel au guitariste du groupe Guernica, Loran, qui rejoint bientôt définitivement le groupe. En décembre 1982, Olaf, parti également au service militaire, en Allemagne, annonce à François qu'il quitte le groupe. François et Loran décident alors de faire un concert d'adieu et de mettre un terme à la carrière des Bérurier. En signe de deuil, ils adoptent un nouveau nom : les « Bérurier Noir ». Le concert d'adieu se déroulera le 19 février 1983 à l'usine de Pali-Kao (une usine squattée du XXe arrondissement de Paris qui accueille la frange la plus alternative des artistes parisiens). C'est lors de ce concert qu'ils se déguisent pour la première fois.

Au lieu d'être un final, ce spectacle les propulse en avant. Après avoir signé avec un petit label (V.I.S.A.), le deuxième concert de Bérurier Noir a lieu dans la salle de La Roquette devant 1000 spectateurs. L'accueil est chaleureux et le groupe va jusqu'à reprendre trois fois Lobotomie pour faire plaisir à son public. Les Bérurier Noir s'illustrent dans un autre concert improvisé devant le Liberty's (une boîte branchée du quartier Latin de Paris). Suite à un désaccord avec le gérant de l'établissement, le groupe décide de jouer devant le club sur le trottoir. En effet, la boîte avait bouché les entrées d'air pour pousser à la consommation. La police arrive sur place mais le public ne les laissera pas s'approcher des Bérurier, qui continueront à jouer leur musique. On raconte qu'ils joueront quelques minutes avec leurs masques à gaz sous les gaz lacrymogènes.

Ensuite, le groupe enchaîne les concerts, légalement, dans des salles ou bien de manière « sauvage » dans des squats, dans la rue, dans le métro parisien etc. Les membres du groupe passent la plus grande partie de leur temps dans des squats parisiens comme celui des Vilins à Belleville, et cette vie rebelle militante, se retrouve dans leur son « brut » incisif et tranchant et leurs textes rebelles, crus, violents, le groupe dénonçant violemment l'injustice et incarnant sur scène par sa puissance artistique une sorte d'effervescence insurrectionnelle froide et contagieuse, qui deviendra par la suite plus festive… Leur réputation grandit très vite en France dans le milieu punk alternatif par le biais du bouche à oreille et des fanzines puis de leurs premiers vinyls, autoproduits par de petits labels punk qui commencent en même temps qu'eux : Visa puis Bondage Records… Ils arpentent fin 1984 les scènes étrangères (Amsterdam, Genève, Irlande) avec d'autres groupes alternatifs français, faisant toujours grande impression sur scène par la puissance froide et contrôlée, faisant œuvre d'exutoire, qui se dégage de leurs sets.

Durant l'année 1985, Bérurier Noir entame une tournée dans toute la France, mais continue avec ses « mauvaises habitudes ». Les Bérurier organisent un concert sauvage sur un bus, le jour d'une manifestation pour les chômeurs. Leur défilé sera stoppé par la police de manière assez violente, puisqu'on en parlera dans la presse de l'époque ("Actuel" notamment).

François et Loran exercent d'autres activités en parallèle "pour manger". François est manutentionnaire au sous-sol du BHV et Loran animateur dans un centre de loisirs pour enfants à Torcy (Seine-et-Marne).

medium_berus06texte.jpg



En 1986, les Bérurier Noir commencent à passer en radio, l' Empereur Tomato-Ketchup fait un carton inattendu sur NRJ et séduit la frange la plus jeune du public. Cette soudaine notoriété apporte un nouveau public au groupe, qui se voit qualifier de "commercial" par une petite partie de son public. De plus en plus de monde se déplace à leurs concerts (47 dates cette année-là), et ils possèdent même leur propre service d'ordre. En 1987, ils continuent leurs concerts, jouent dans divers festivals indépendants, à Rock in Squatt et participent même à un concert organisé par SOS Racisme. Leur carrière a toujours été marquée par des positions radicalement antiracistes. En 1988, ils organisent un concert devant 6800 personnes au Zénith. Les Bérurier sont alors plus nombreux, ils ont entamé peu à peu une transformation festive tout en gardant la tension froide de leurs débuts, empruntant sur scène des éléments au cirque, mêlant à leurs déguisements grotesques habituels des nez de clowns, et sur disque ajoutant des sifflets et des instrumentations orientales aux sirènes de police, mélangeant le punk destroy et l'ambiance « fanfare » sur l'album Abracadaboum. Pour créer cette version « Circus », ils ont été rallié par des membres d'autres groupes. Pour ce concert, ils seront François, Loran, la petite Titi, Helno, Paskal Kung-Fu, Masto, les frères Lulu, Jojo et un magicien ! En matière de rock français, seuls Téléphone et Indochine avaient réussi à remplir la salle avant eux.

Le 20 avril 1988, les Bérurier se voient décerner le Bus d'Acier (un grand prix du rock français) par une presse qui les a quasiment ignorés ainsi que tous les groupes alternatifs de l'époque, qui ont fonctionné sur un idéal artistique et grâce à la scène indépendante, en rupture avec la presse rock et le showbiz rock de l'époque (d'une autre génération). Le groupe réagit de manière assez inattendue, mais fidèle à son éthique en faisant un doigt d'honneur au jury. Loran dira plus tard dans un magazine « La tronche du jury quand on leur a annoncé qu'on n'en voulait pas de leur Bus. Qu'on n'en avait même rien à foutre ! ».

medium_beruonsenfouttexte.jpg



Mais tout bascula le 17 avril 1988, quand un groupe terroriste nommé « Black War » fait exploser les bureaux du président de la "Chambre régionale des huissiers". La police accuse les milieux libertaires dont certains membres des Bérurier Noir font partie : ils sont accusés par certains médias et la police. Les accusations sont abandonnées le 23 avril, les personnes arrêtées relâchées, mais l'image du groupe est ternie, des organisateurs annulent leurs concerts. C'est une période plus dure pour le groupe, qui doit faire face à des problèmes qui le dépassent. Après une tournée-éclair de 3 concerts en Suisse, le groupe décide de se séparer pour mettre fin à trop de pression accumulée. Toujours dans un esprit festif et décalé, les Bérus décident de s'offrir un hara-kiri en fanfare.

Le groupe s'est donc suicidé en novembre 1989 lors de trois concerts d'adieu qui eurent lieu à l'Olympia (9, 10, 11 novembre) en partie à cause de problèmes avec leur Label « Bondage Productions », de l'enlisement des tournées épuisantes (François travaillait en même temps au sous-sol du BHV) et de leur esprit exigeant d'indépendance, source de tension permanente au sein du groupe dans les derniers temps. Après avoir hurlé "Vivre libre ou mourir" durant 6 ans, les Bérus ont préféré mourir…

medium_berus05texte.jpg



Durant 14 ans, les membres du groupe firent chacun leurs expériences en solo, tous dans des voies différentes, avec plus ou moins de succès. François a formé Molodoï et "François Béru et les Anges Déchus" ; Loran créa Ze6, Tromatism puis A.D. (Division de la horde). Ces 14 années de silence sont jalonnées par la sortie, tous les cinq ans, d'un album posthume, qui relance évidemment à chaque fois des rumeurs de reformation… … jusqu'au 4 décembre 2003, où le groupe fait un concert aux Transmusicales de Rennes. Les médias parlent immédiatement de reformation, le groupe préfère parler de "transformation" ou de "déformation". Ce concert coïncidait avec la sortie du coffret "Même pas mort", retraçant la carrière du groupe, ainsi que le concert d'adieu de l'Olympia de novembre 1989. Ils donnèrent de nombreuses interviews, beaucoup espérèrent un réel retour des Bérus sur le devant de la scène. Après le succès du concert de Rennes et leur envie manifeste de rejouer et de reprendre leur route ensemble, le groupe s'engage pour deux concert énormes : à Québec le 11 juillet 2004 devant 50 000 adeptes du groupe et lors du festival de Dour en Belgique le 18 juillet. Le groupe apparaît aussi par surprise au festival du journal Combat Syndicaliste aux Voutes à Paris, ainsi que dans une petite salle de Lillers lors d'un concert où participaient des groupes du label FZM (Folklore de la Zone Mondiale, dont le logo ornait déjà les albums des Bérus à l'époque), créé par le groupe en 2004. Par ce label, les Bérus diffusent leurs disques, mais relancent surtout toute une "contre-culture en mouvement" en diffusant de nombreux articles tels que fanzines, écrits politiques, comics indépendants, ainsi qu'une multitude de petits groupes indépendants. Le groupe joua aussi au mois d'août 2005 à Brest, lors du festival Astropolis, où une soirée FZM était organisée. Ce concert fut un concert surprise, le groupe étant annoncé sous le nom de "Kamouflage"......

... A suivre sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9rurier_Noir

Album photos : http://berurier.x.noir.free.fr/archives/photos/photos/ind...

mercredi, 21 décembre 2011

1980, Jerry Lee LEWIS à LYON

1980,
23 février, Jerry Lee Lewis


medium_1980_jerry_lee_lewis.gif



LYON palais d'hiver,
Jerry Lee Lewis,


Encore une grande soirée de rock n' roll avec l'immense Jerry Lee Lewis, Killer de son état...

medium_1.2.gif
C'est la dernière fois que j'eus le plaisir de voir
Jerry Lee LEWIS
sur une scène.





medium_lucien.jpg



Jerry LEE LEWIS

medium_Jerry_Lee_Lewis_bio.jpg



En 1979, Jerry Lee Lewis quitte Mercury et signe chez Elektra
où il enregistre trois albums de très bonne facture intitulés "Jerry Lee Lewis" (accompagné à la guitare par le légendaire James Burton ex-guitariste d'Elvis Presley), "When Two Worlds Collide" et "Killer Country".

medium_98.jpg
A nouveau le succès est au rendez-vous :
"Rockin'my Life Away", "Somewhere Over The Rainbow" et "Thirty Nine and Holding" se classent en tête des "charts" rock et country.



medium_108.2.jpg



Jerry Lee Lewis qui tourne toujours autant à travers le monde, revient comme chaque année en Europe en 1981 en compagnie de Carl Perkins et Johnny Cash.

En 1982 l'album "Survivors" est édité. Il réunit les 3 artistes sur scène à Stuttgart et est le témoin d'un nouveau succès.

Cependant, Jerry Lee Lewis reste insatisfait par la promotion de ses disques et change une fois encore de label pour enregistrer sur M.C.A deux albums :

-"Let My Fingers Do The Talkin"
-"I Am What I Am"

Où il alterne de nouveau, Country Music et Rock'n'Roll.

En 1986, Jerry Lee Lewis est le premier artiste introduit au Rock'n'Roll Hall of Fame..

medium_7.3.jpg



La même année, retour aux légendaires studios Sun pour l'enregistrement du "Memphis Rock'n'Roll Homecoming: Class of 55" avec Roy Orbison, Johnny Cash,Carl Perkins ainsi que de nombreux musiciens talentueux dont .... Marty Stuart.

En 1989: le film "GREAT BALLS OF FIRE" (avec Dennis Quaid) dépeint la première partie de sa vie et son ascension fulgurante au rang de superstar internationale.

Jerry Lee Lewis enregistre de nouvelles et énergiques versions de ses plus grands hits. Il assiste personnellement au tournage du film en tant que conseiller.

Durant les années 90 (comme depuis ses débuts) Jerry Lee Lewis s'est produit aux quatre coins du monde : Etats-Unis, Europe (notamment en 1997 et 1998 avec Little Richard et Chuck Berry pour 2 grandes tournées délirantes ou les 20 concerts organisés se sont joués à guichets fermés!!) mais aussi en Australie, au Brésil, au Canada, en Russie, Roumanie.....

medium_jerry_lee_et_chuck.jpg


Jerry Lee avec Chuck Berry et Ray Charles.

L'année 1995 n'a pas échappé à la règle (pas moins de 4 concerts en France dont 1 à l'Olympia à Paris. En outre cette année là "Young Blood", son dernier album (Sire Records-Warner), est paru... Le Killer ne manque pas de "sang neuf".

medium_jerry_lee1.2.jpg



En 1999, Le Killer s'est produit régulièrement aux Etats Unis et notamment à Atlanta au Georgia Dome devant 60.000 personnes !

Une comédie musicale intitulée "Greats Balls Of Fire", avec Billy Geraghty est restée à l'affiche à Londres pendant toute l'année 1999.

Du jamais vu du vivant d'un artiste.

Le 09/03/2000 Jerry Lee Lewis était l'invité d'honneur d'un important show télévisé consacré à la célébration des 3 siècles du Piano, en compagnie d'autres pianistes et chanteurs-pianistes provenant des horizons musicaux les plus variés, dont Billy Joël. (Washington-BBT-T.V).

Cette icône de la musique populaire américaine s'est souvent produite sur scène avec de nombreux artistes de renommée mondiale qui lui témoignent respect et admiration comme : Keith Richards (1983 Rolling Stones) Ronnie Wood (1986 Rolling Stones) Van Morisson (1989 Londres et 1993/94 Dublin) Brian May (1989 Londres) Dolly Parton (1988 T.V show) Ron Hawkins (1996 Canada) Bruce Springsteen (1996 Cleveland) B.B King etc...

John Lennon (ex-Beatles) lui-même, aurait rampé jusqu'à lui pour lui baiser les mains lors de leur première rencontre, tant son admiration étant sans limites...

Avec, à ce jour, plus de 25.000.000 de disques vendus, une Etoile "Award" sur Hollywood Boulevard, de très nombreux disques d'Or et la reconnaissance d'artistes comme Elton John qui déclare " avoir tout appris de lui car il est le plus grand des pianistes rock", Jerry Lee Lewis n'est pas seulement un artiste, il est un phénomène intemporel et une superstar internationale.

A près de 70 ans Jerry Lee Lewis, malgré un existence tumultueuse, marquée par plusieurs tragédies familiales (perte de 2 enfants dans des conditions tragiques, des mariages à répétition, des excès en tout genre, le
"Bad Boy of Rock'n'Roll" a toujours la même capacité à attirer et déchaîner les foules.

Son charisme, sa fameuse main gauche et sa propension à maltraiter le piano sont toujours intacts! Il a récemment été récompensé : par un Grammy Award à Los Angeles début 2005

Un nouvel album est prévu pour le début du premier semestre 2005 *** ( Avec de nombreux duos : Mick Jagger , Ringo Star ,Rod Steward .. etc..)

Une tournée Européenne est prévue du 28/06/2005 au 06/07/2005. Des concerts à ne pas manquer car comme il le dit lui-même :

"Mon seul regret c'est de n'avoir jamais assisté à un concert de JERRY LEE LEWIS"....

medium_Jerry_20015.jpg



medium_Jerry_20017.jpg


Jerry Lee en 2006 (présentation de l'album à Hollywood)

Et pour cause, personne d'autre ne pourrait égaler celui qui transcende la scène! ( Bio réalisée par Denis ANGELOTTI )

D'après : D'après : http://www.jerryleelewis-france.com/index2.html

***

medium_Photo_jerry_lee.jpg

mardi, 20 décembre 2011

1966, 13 novembre, the Killer JERRY LEE LEWIS à Genève !

1966, 13 novembre,

Jerry Lee LEWIS

medium_1966_jerry_lee.jpg



GENEVE, SALLE DE LA REFORMATION

JERRY LEE LEWIS


Daniel travaillait à GENEVE. Il nous pris donc les billets, et c'est ainsi que pour la première fois nous avons pu voir de très près LE KILLER en personne.

JERRY LEE LEWIS, qui en une vingtaine de trop petites minutes (un fan existé ayant cassé le micro !!!) nous laissa abassourdits.

Tard dans la nuit, avec le brouillard et face au désappointement des douaniers à qui nous n'avions rien à déclarer, nous sommes péniblement rentrés à LYON....

Mais quel énorme souvenir.




JERRY LEE LEWIS

Originaire de Ferriday (Louisiane), né le 29 septembre 1935, Jerry est l'un des premiers chanteurs de Rock N'Roll à s'être fait connaître.

Prophète du "Rockabilly", il enregistra d'abord pour la célèbre firme Sun.
Influencé par Little Richard, Jerry Lee Lewis se caractérise à la fois par un spectaculaire et énergique jeu de piano boogie (main droite), et par un débit vocal rapide et saccadé.

Dans ses propres compositions, comme le fameux "Whole Lotta Shakin' going on" et "High School Confidentiel", dans les reprises de ses confrères "Jenny Jenny", "Long Tall Sally" ou "Great Balls of Fire", Jerry reste l'un des maîtres du genre et a influencé bon nombre de musiciens.

Bon vivant, réactionnaire et mystique, plein de verdeur, d'humour et d'orgueil : "Je ne me suis jamais considéré comme le plus grand. Mais je suis le meilleur"
D'après le Rock de A à Z

Pour découvrir le Killer, le choix entre deux albums historiques, le Rock N'Roll à l'état pur gravé sur du vynil.

Alabama Show

medium_halabama_show.jpg



At the Star Club Hambourg

medium_star_club_jll.jpg



La vie de Jerry à l'écran dans un excellent film "GREAT BALLS OF FIRE" vous fera revivre magnifiquement l'épopée de ce grand Bonhomme.

A noter que Jerry Lee Lewis, 71 ans, se produisait à l'Olympia de Paris le 16 juin 2006 !

1986, Jimmy CLIFF

1986
22 mai, Jimmy CLIFF

medium_1986_jimi_cliff.gif



LYON, Bourse du travail
Jimmy Cliff

Incroyable soirée
…Je revenais de Lille par avion…Un crochet par Lyon, Bourse du travail.
Je me présente à l'entrée de la bourse en "complet-cravatte-attaché caisse" en m'annonçant de Poste 4.
....Première surprise, "ils" me laissent entrer (gratos) et je peux ainsi assister au concert de JIMMY CLIFF.
....Deuxième surprise,avec une poignée de types d'autres radio, après le show, je me retrouve dans la loge,assis, aux cotés de Jimmy Cliff qui avait accepté de nous recevoir ….
Séance de dédicace et échange de quelques mots…

Mémorable !!!!


medium_lucien.jpg




Jimmy CLIFF

Jimmy Cliff, de son vrai nom James Chambers, est un chanteur de reggae jamaïcain né le 1er avril 1948 à Sainte Catherine (Jamaïque).

medium_JimmyCliff.jpg



C'est un des artistes reggae qui s'est le plus ouvert à d'autres formes de musique, ce qui lui a valu une très grande notoriété internationale puisqu'il toucha un public plus large. Il commence sa carriere avec un 45 tours de Ska en 1963, Miss Jamaica.
Son premier album « Hard Road » sort en 1967 mais il faudra attendre le très célèbre film « The Harder They Come» pour qu'il soit vraiment découvert du public.
Ce film aujourd'hui culte avec « Country man » lui permet d'interpréter la superbe chanson « Many rivers to cross » et le grand succès « Sitting in limbo ». L'album du même nom sorti en 1972 deviendra un des albums reggae les plus vendus dans le monde. Cela va permettre à Jimmy Cliff de faire des grandes tournées internationales durant les années 70.
L'artiste va sortir plusieurs albums durant les années 80 comme « House of exil » en 1981 ou « Power and glory » en 1983 et"Hanging fire" en 1987.

medium_JimmyCliff2.jpg



Mais ce sera le single « Reggae Night » fait dans un style beaucoup plus pop, qui relancera sa carrière de façon beaucoup plus significative.
Jimmy Cliff va alors enchaîner les albums (une dizaine au total) durant les années 1990.
En 2003 « The harder they come » va être réédité en version "deluxe" et Jimmy Cliff sortira ensuite « Black magic », album dans lequel il fait de nombreux duos avec des artistes aussi diverses que Wyclef Jean (The Fugees) ou Kool and the gang, Bernard Lavilliers et Yannick Noah.

D'après : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jimmy_Cliff

mercredi, 14 décembre 2011

2005. Chuck BERRY à LYON

12 janvier 2005
Le TRANSBORDEUR
VILLEURBANNE

CHUCK BERRY

medium_chuck_berry_3_2005.2.jpg

 

medium_chuck_berry_2_2005.jpg

 

medium_chuck_berry_1_2005.jpg



80 ans le Crazy Chuck !!!
Il fallait voir l'enchantement de tous ces jeunes, très nombreux accompagnant leurs parents, d'une vingtaine d'années, subjugués par le Papy, pionnier de son état !!!!

L'un d'eux, surexcité de joie, m'abordant à l'arrêt du bus... "Eh M'ssieur ! J'ai vu CHUCK BERRY !!! Vous l'avez déjà vu ???? Regardé, je l'ai sur mon portable ...". Et de raconter au Dad' ce concert qui l'aura surement marqué pour longtemps.

medium_chuck_berry_5_2005.jpg

 

medium_chuck_berry_6_2005.jpg

 

medium_chuck_berry_7_2005.jpg



Comme l'ont chanté les Rolling Stones fils spirituels du Grand Chuck :" It's Only Rock N'Roll... But I Like It !!! "

1987, Chuck BERRY ... Hail hail Rock n'Roll

1987, Chuck Berry
Hail hail Rock N'Roll

medium_1987_hail_hail_rnr.gif



Chuck Berry
Le film

Hail ! Hail ! Rock n'roll produit par, et avec Keith Richard. Le concert des 60 ans (1986) de Monsieur Rock N'Roll...



medium_lucien.jpg



A signaler qu'en 2006 Chuck BERRY a fêté ses 80 ANS !!!

Chuck BERRY

medium_chuck_20berry.jpg



Chuck Berry est LE guitariste du rock'n'roll. Il est né le 18 octobre 1926 à Saint Louis dans le Missouri . En 1955, c'est Muddy Waters qui le remarque et le présente à la maison de disques Chess Records. Chuck Berry enregistre une série de morceaux qui deviendront des standards incontournables du rock'n'roll. En 1955, "Maybellene" sera le premier succès, puis "Roll over Beethoven" en 1956, "Sweet Little Sixteen" et bien sur "Johnny B.Goode" en 1958 qui deviendra le véritable hymne du rock'n'roll avec son riff d'intro que tout guitariste amateur se doit de connaître. Citons aussi l'excellent Memphis, Tennessee (1959). Chuck Berry est également connu pour sa célèbre "Duck Walk" (marche du canard en jouant de la guitare). Mais autant pour le jeu de scène que pour les riffs de guitares il faut rendre hommage à une influence majeure de Chuck Berry : T-Bone Walker. Un guitariste de blues qui 10 ans avant Berry faisait déjà du rock'n'roll. Ecouter c'est vraiment incroyable ! Pour une histoire de mœurs, Chuck Berry sera emprisonné deux ans en 1962. Après sa sortie de prison il peinera à retrouver sa créativité (malgré quelques succès comme "No particular place to go" ou "You never call tell" qui connaîtra une seconde jeunesse avec le film Pulp Fiction !). En 1966 il quitte Chess Records, sa carrière continuera alors avec de nombreux concerts souvent critiqués pour leur qualité. Le 10 et 11 janvier 2005 il sera en concert à l'Olympia ! John Lennon dira : "S'il fallait donner un autre nom au rock'n'roll, on pourrait l'appeler Chuck Berry".

D'après : http://www.monunivers.com/blog/2005/01/09/12-chuck-berry

medium_chuck_78ryimg_1491.jpg



Voir la suite de ce bel album photos : http://www.tasteofindie.com/concert-1019-Chuck_Berry.html

1976, Chuck BERRY, Crazy CAVAN & the Rythm Rockers à LYON

1976
26 mai, Chuck BERRY 


medium_1976_chuck_berry.gif



Palais des Sports, LYON GERLAND
CHUCK BERRY


medium_chuckberry_main.jpgQuelques jours avant la grande date, pour les Stones,

Crazy legs Chuck Berry, un de leurs Pères spirituels qui nous envoie encore et encore son hail hail rock n'roll que nous ne nous lasserons jamais d'entendre.

medium_duckwalkingtwo.2.jpg



La première partie était assurée par les rois du Rockabilly Crazy Cavan and Rythmrockers.



medium_lucien.jpg





CRAZY VAVAN & THE RYTHM ROCKERS

En 1968 commence Cavan, Lyndon et Terry et deux autres musiciens.
En très peu de temps ils mettent une sacrée ambiance dans les clubs locaux avec la musique qu’ils préfèrent : le Rock‘n‘Roll.

En 1970 Mike Coffey rejoint le groupe et c’est le début de «Crazy Cavan and the Rythme Rockers ».

medium_crazy_cavan.jpg



Les années qui suivirent leur notoriété grandit avec leur style très personnel influencé par le Rockabilly, Rock ‘n’Roll et la Country regroupés sous la dénomination « Crazy Rythm ».

Fin 1973, le groupe compte un nombre impressionnant de fans ce qui les pousse à enregistrer leur premier single sous leur propre label: Crazy Rythm.

En 1976 le groupe signe avec Charly Records un contrat de disques.
Leur premier album était distribué par plusieurs labels en même temps entre autres en Angleterre, Pays-Bas, Espagne, Allemagne…

medium_cavanstage1big.jpg



Ceci est le début d’une série d’albums vynile (environ 20) et de sigles (environ 25).

medium_crazycavan2.jpg



Crazy Cavan & The Rythm Rockers sont sans aucun doute le groupe qui a ouvert la voie aux groupes de Revival Rockabilly.

medium_cavanstagesolo.jpg



Ils sont les vrais légendes du Rockabilly Britannique.
Sans doute les meilleurs. Ils ont ramené la « rébellion » dans le Rock ‘n’Roll.

* D'après : http://yepcatspassion.centerblog.net/rub-Special-Cavan-2....

1975, Chuck BERRY à LYON

Avec seulement deux concerts, 1975 sera exclusivement une année Rock n'roll avec la venue de deux des grands Pionniers encore vivants: Chuck Berry et Little Richard

1975
25 février, Chuck Berry


medium_1975_chuck_berry.gif



LYON
Chuck Berry


medium_039.2.jpg



j'ai nommé Mr crazy legs Chuck Berry,




medium_lucien.jpg



Chuck BERRY

Chuck Berry, de son vrai nom Charles Edward Anderson Berry, (né à Saint Louis, Missouri le 18 octobre 1926) est un guitariste, chanteur et compositeur américain. Il fait partie des artistes les plus importants du rock and roll. Il a influencé de nombreux autres artistes, et son répertoire a été très souvent repris (dont ses titres les plus célèbres, Johnny B. Goode et Roll over Beethoven).

Chuck Berry découvre la musique dans l'église locale où il se rend régulièrement avec ses six frères et sœurs. Ses parents font en effet partie de la chorale locale. Il est scolarisé à la Simmons Grade School puis à la Summer Grade School. Il apprend la basse dans le club musical Glee.

En 1944, encore jeune homme, il passe 3 ans dans une maison de redressement pour tentative de cambriolage. À sa sortie, il travaille pour la General Motors et décide de se lancer dans la musique.

medium_berryducktwo.jpg



Il a encore plus d'ennuis en décembre 1959, lorsqu'il invite une jeune apache de 14 ans qu'il a rencontrée à Mexico pour travailler dans son club de nuit (le « Berry's Club Bandstand ») à Saint Louis. Après que la jeune fille ait été arrêtée pour prostitution, c'est le tour de Berry, accusé pour sa part d'avoir transporté une mineure entre deux États pour l'exploiter. Berry fut condamné à 5 ans de prison et dut verser une amende de 5.000 $. Il est relâché en 1963.

Malgré cela, son influence est restée profonde, particulièrement dans les groupes anglais des années 1960. Les Rolling Stones lui ont beaucoup emprunté dans leur style.

Pendant des années, Chuck Berry a tourné avec sa seule guitare Gibson, confiant dans le fait qu'il pourrait trouver un groupe qui jouerait déjà sa musique. Parmi les artistes qui ont joué ce rôle, on trouve Bruce Springsteen ou Steve Miller.

medium_duckwalkingtwo.jpg



Après avoir profité de la vague oldies des années 1970, il a de nouveau problèmes avec la justice en 1979. Accusé d'évasion fiscale, il plaide coupable et est condamné à 4 mois d'emprisonnement et de 1000 heures de travaux d'intérêt général.

A la fin des années 1980, Berry ouvre un restaurant à Wentzville dans le Missouri, le « Southern Air ». Berry possède aussi un domaine à Wentzville, le Berry Park. Pendant des années, Berry y a hébergé des concerts de rock. Depuis, il a fermé ce domaine au public devant le caractère agité de certains de ses invités. À la fin des années 1970, Berry a continué à jouer régulièrement aux États-Unis et à travers le monde. Un mercredi par mois, il joue au Blueberry Hill, un restaurant et bar situé près de Saint Louis (Missouri).

Dans les années 1990, il a été à nouveau sous le feu des projecteurs pour un affaire de voyeurisme vis-à-vis de quelques unes de ses invitées.

medium_P03981BLXF9.jpg



Alors qu'on débat encore du titre qui a été la première chanson de rock and roll, les premiers enregistrements de Chuck Berry tel son premier succès « Maybellene » (1955) combinent déjà tous les éléments du rock, mélange de blues et de country, des textes simples qui parlent de filles et de voitures, des solos de guitare électrique sans compter le jeu de scène associé (dont la danse duckwalk, qu'il inventa) qui emportent l'adhésion du public ...

Il élabore son style à partir d'harmonies simples et répétitives et de textes entrainants ou drôles, mais tout aussi simples. Il a été influencé par la musique country, mais aussi et surtout par le blues, notamment Muddy Waters, chanteur et guitariste qui a présenté Chuck Berry à Leonard Chess de Chess Records. Parmi les idoles de Chuck Berry on compte aussi Nat King Cole, chanteur et pianiste ou Louis Jordan.

Ses plus célèbres compositions ont été enregistrées par les disques Chess Records avec le pianiste Johnnie Johnson et le légendaire producteur Willie Dixon à la basse, Fred Below aux percussions et bien sûr sa guitare.

medium_Chuck.jpg



Au cours de sa carrière, Chuck Berry a aussi enregistré des ballades comme « Havana Moon » et des chansons de blues telles que « Wee Wee Hours ». Plus de 30 de ses titres se sont hissées dans le Top 10 et ses chansons ont été reprises d'innombrables fois par des groupes de blues, de country ou de rock and roll.

Son premier véritable tube ne sort qu'en 1972 avec My ding-a-ling. Il est un des premiers à être entré au Rock'n'roll Hall of Fame en 1986.

medium_chuck-berry-framed.gif



medium_P03983AX321.jpgAllez voir Chuck BERRY
qui chante

Little Quennie
:





http://www.youtube.com/watch?v=7SuRSViXYBw

1973, Chuck BERRY, Jerry Lee LEWIS, Fête de l'Huma... (PARIS)

1973
septembre, Chuck Berry & Jerry Lee Lewis


medium_1973_fete_de_l_huma.gif



Fête de l'humanité La Courneuve (près de Paris).

CHUCK BERRY & JERRY LEE LEWIS


Fête de l'humanité. Nous étions montés de lyon car au programme étaient annoncés Chuck Berry et Jerry Lee Lewis.

Dans une ambiance des plus tendues pour cause de présence de connards qui se prenaient pour des Angels arrive enfin Chuck Berry.
Pas longtemps plus tard arrive aussi Jerry Lee Lewis qui s'invite dans le set de ChucK ?

Nous assistons à un incroyable duo "historique".....

C'est sous une pluie de canettes de bières lancées par les connards pré-cités que Jerry Lee Lewis devra interrompre son show.

Show "historique" aussi par sa brièveté.

Une faible consolation nous attendait le soir avec le superbe concert de Alan Stivell.

1966, Chuck BERRY à LYON

1966,
15 février, Chuck BERRY


 

medium_1966_chuck_berry_lyon1.jpg

LYON, Palais d'hiver

CHUCK BERRY


Une soirée mémorable au Palais d'hiver :
CHUCK BERRY, MEMPHIS SLIM, RONNIE BIRD, ANTOINE & les PROBLEMES...

ANTOINE délirant qui n'avait pas oublié ses fleurs sur sa chemise ni ses PROBLEMES. ANTOINE l'insolite comme l'appelait le journaliste du Progrès.

Pâle RONNIE BIRD le "Brian Jones français... qui n'a convaincu personne avec "elle m'attend" reprise bien plate de "The Last Time"...

Excellent MEMPHIS SLIM, étonnant pianiste..

CHUCK BERRY, "Roll Over Bethoven", "Nadine", "Memphis", "Carol"..... Du grand Crazy Leg's Berry qui nous renvoyait les nappes de tables en criant "Olé" à chacune de ses intros...


Inoubliable soirée....


Dessin que j'ai réalisé du Père spirituel des ROLLING STONES qui étaient attendus dans ce même Palais d'hiver pour deux shows le 31 mars....








Chuck BERRY

Charles Edward Anderson Berry semble bien être né à San José en Californie le 15 janvier 1926.....

medium_1966_eddy_chuck.jpg

Eddy Mitchell au coté du Crazy Legs Chuck...

.... Surnommé le "Roi du Rock N' Roll" il n'a pas obtenu le succès commercial d'un Elvis Presley, probablement parce qu'il était noir, pourtant si celui-ci a exercé une profonde influence sur le public, il a surtout été interprète.

medium_1966_eddy_presente.jpg



Tandis que Chuck Berry a été et demeure la véritable matrice du Rock & Roll, une influence créatrice primordiale sur plusieurs générations de musiciens, voire sur toute la musique pop et rock moderne...

medium_1966_tournee_chuck_berry.jpg




Memphis SLIM

John L. Chatman, qui deviendra Memphis Slim peu après son arrivée à Chicago, à la fin des années 30, a appris très jeune le piano, en écoutant surtout les disques de Leroy Carr, Lonnie Johnson et Roosevelt Sykes. Avant de se produire dans les clubs de Memphis, Tennessee.

medium_1966_memphis_slim.jpg



Magicien des claviers, Memphis Slim a su comme personne perpétuer la tradition du boogie-woogie, ce pianos-blues forgé dans les barrelhouses du Deep South. Compositeur prolixe, il s'est encore affirmé comme l'un des plus brillants représentants du blues de Chicago et comme un remarquable chef d'orchestre. Avant d'entamer une fabuleuse carrière en Europe.


Ronnie Bird

medium_1966_ronnie_bird.3.gif"Il personnifie le rock anglais en France. Il a la classe. Seul à cette époque il a compris l'importance du son, de la sono sur scène. Il a envie d'importer en France la claque qu'il a pris en écoutant les Anglais.

medium_1966_ronnie_bird_r_f_2006.jpg



Il enregistre une incroyable adaptation de "The Last time" des Rolling Stones devenu en Français "Elle m'attend"."
* Christain Eudeline R&F.


ANTOINE & les Problèmes.

Avec ses célèbres "Elucubrations" Antoine fait une entrée fracassante dans le monde du Rock français.

medium_1966_antoine.jpg



Traitant avec humour de problèmes graves de notre époque : La pillule, l'avortement, la bombe atomique.

medium_1966_stones_31_mars_banderolle.2.jpg



Antoine n'a pas malheureusement, pour nous, amateurs de Rock N'Roll réussi à enfermer pour de bon, et définitivement Johnny Hallyday dans sa cage à Médrano....

Les Problèmes devinrent les célèbres "Charlots"...
Antoine a le culot, juste avant les Rolling Stones, avec "ses Problèmes" de chanter "Satisfaction" sans se faire jeter...

lundi, 12 décembre 2011

1964, the ROLLING STONES

1964, cinq gueules

medium_1964_disco_revue.2.jpg



C'est cette année que nous avons découvert ces "5 gueules" sur la pochette d'un disque présenté dans la vitrine de notre disquaire.

medium_lp1.jpg
5 Gueules dont on apprendra les noms : Mick JAGGER au chant, Brian JONES à la guitare, Keith RICHARD à la guitare, Bill WYMAN à la basse, et Charlie WATTS à la batterie.

C'est un "CAROL" endiablé qui fut le premier morceau que j'entendis d'EUX. Mais quelle version !!!!

DISCO REVUE, en première page (dirigé par Jean Claude Berthon), avait titré :

      " I L S  A R R I V E N T "

Nous ignorions alors que 50 ans plus tard nous serions encore ensemble avec les fabuleux ROLLING STONES

Mais c'est une autre histoire que j'ai essayé de vous raconter dans mon livre que vous pourrez parcourir en cliquant

http://40anneesavectherollingstones.midiblogs.com/


medium_page_de_garde_livre.jpg THE ROLLING STONES.... Ces trois petits mots qui déclenchent instantanémant dans l'esprit de milliers de personnes des réactions très diverses selon l'être récepteur. Ces sentiments peuvent aller de l'admiration à l'amour en passant par l'envie et même le dégoût...

Personnages, qui semblent être sortis d'une bande dessinée de fiction, devenus légende...

Souvenirs !

....Le début de cette légende se situe aux environs de 1963.......