Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 12 juillet 2014

2014, 13 juin. Les Stones au stade de France

PARIS, 13 juin 2014.

Stade De France

THE ROLLING STONES

« 14 on Fire ».

Cocktail explosif de « Satisfaction » et « Nervous breakdown » !!!

 

rockin daddy

 

La galère débute fin mars...

rockin daddyVendredi 28 mars, il faut attendre 10 heures pour pouvoir espérer accéder à un site ou lieu de vente afin d’obtenir son précieux sésame pour le concert du Stade de France programmé pour le 13 juin.

C’est Sophie (ma belle fille), qui gère la billetterie du supermarché dans lequel elle est responsable, qui m’annonce la bonne nouvelle au téléphone alors qu’elle vient d’imprimer les deux billets qui vont me permettre d’assister, à Paris, au quinzième concert (dont 1 de Bill Wyman & ses Rhythm Kings en 2004) des « Pierres qui roulent » pour moi depuis 1966 au palais d’hiver de LYON :(http://40anneesavectherollingstones.midiblogs.com/archive...)

Dès lors il faut s’occuper de l’intendance, Train et hôtel.

Pour le train c’est assez facile d’obtenir des places en « Id TGV »...

Pour l’hôtel, ce n’est pas gagné, tout est pris d’assaut et quand enfin on trouve les prix ont comme par enchantement atteint des sommets prohibitifs.

M’enfin, prêts pour le grand jour !

rockin daddyJeudi 12 juin !

Le parcours du combattant. Départ de Béziers en pleine grève SNCF. Train en retard de plus de 20 minutes, mais bon, on part (à noter que de gare en gare des voyageurs montent et s’entassent dans les couloirs et les escaliers !). Arrivés à Paris, toujours pour les mêmes raisons nous mettrons plus d’une heure et demie pour arriver à l’hôtel !!! Harassés mais heureux de pouvoir être là.

rockin daddyVendredi 13 juin !

En milieu de matinée nous partons pour le Stade de France en reconnaissance des lieux et dans le métro nous croisons les premiers « t-shirts » arborant la légendaire « langue rouge ».

Devant les entrées, dans les chicanes certains sont déjà là depuis tôt le matin. Ils vont rester ici en plein cagnard jusqu’à l’ouverture des portes à 18 heures !!!

 

rockin daddy

 

Pour nous c’est direction Paris avec l’achat des journaux.

Le Parisien titre « Les Stones, éternels dieux du stade » et Libération remonte le temps avec « Souvenirs de Villefranche-sur-Stones ».

Enfin l’heure de se rendre au rendez vous tant attendu.

Au fur et à mesure que l’on approche du stade une marée humaine nous accompagne. De longues files d’attente se pressent devant les portes qui s’ouvrent à 18 heures comme prévu.

Une rencontre inattendue de deux amis de Puisserguier vient pimenter l’attente.

 

rockin daddy

 

rockin daddyPorte H ! Présentation des billets, fouille réglementaire « au corps », et c’est maintenant que nous goûtons le plaisir d’être installés....

Une première partie assurée tant bien que mal par un groupe de très jeunes « The Struts » (le leader est une chanteuse) nous permet de patienter. Ils n’auront pas de chance puisque en fin de set ils sont victimes d’une coupure du son....

 

rockin daddy

 

21 heures, du méga son, de la lumière, ça clignote de partout quand une voix off nous annonce....

« THE ROLLING STONES !!! »

« Jumping Jack flash », les diables sautent hors de la boîte, c’est parti pour plus de deux heures.

 

rockin daddy

 

Impressionnants, c’est le mot qui revient en tête au fur et à mesure que les titres se succèdent. Jagger qui plaisante ou ironise avec le public. Ne veut-il pas nous chanter « allumer le feu de Johnny ??? », Jagger qui court d’un coté à l’autre du stade.

rockin daddy

 

 

 

De l’émotion avec le duo Keith Richard/Ron Wood en attendant le retour de sa satanique majesté Mick dans un environnement de flammes pour « Sympathy for the Devil ».

 

 

 

 

 

rockin daddy

 

« Midnight rambler », l’harmonica de circonstance et l’accueil sur scène d’un ex Rolling Stones Mick Taylor qui se joint au groupe pour ce morceau inoubliable, interprété avec le même Mick Taylor au Palais des sports de Lyon en 1970.

Et c’est « Satisfaction » qui sonne le glas de ce show qui, encore, marquera les esprits de tout ces amateurs, comme moi, de ce groupe unique et légendaire.

 

rockin daddy

 

Un feu d’artifice devant la scène ponctue la soirée et nous nous quittons après que les 4 Rolling Stones, Mick/Keith/Ron/Charlie nous aient, bras dessus-dessous, salué sous des tonnes d'ovations, une dernière fois.

Une dernière fois ????

rockin daddySamedi 14 juin

Paris, en se remémorant la soirée (et une certaine amertume d’avoir été obligés de subir le crétinisme de tous ces « J’y étais », ces bobos buveurs de champagne ou autres outres à bières dont on peut se demander ce qu’ils venaient foutre là, en ces temps de crise et des prix élevés des billets, ainsi que des boissons), nous sommes allés prendre connaissance des journaux et des commentaires dans la presse du lendemain.

Dans les kiosques, le Parisien titrait « Super Jagger » et c’est sur internet que les autres médias écrivaient sur le concert :

Le Monde : « Des Rolling Stones fringants et cinglants au stade de France » http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/06/14/des-rolling-stones-fringants-et-cinglants-au-stade-de-france_4438288_3246.html

Le figaro : « La fièvre au stade de France ». http://www.lefigaro.fr/musique/2014/06/14/03006-20140614A...

RTL : Rolling Stones au stade de France : triomphe des increvables Papy du Rock » http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/rolling-stones-...

Ouest France : « Les Rolling Stones font un tabac au stade de France » http://www.ouest-france.fr/pop-stars-les-rolling-stones-font-un-tabac-au-stade-de-france-2621170

Le Progrès : « Satisfaction au stade de France pour les Rolling Stones » http://www.leprogres.fr/societe/2014/06/15/satisfaction-a...

 

Cette journée finit pour nous dans une belle galère. Du fait de la poursuite de la grève SNCF nous avons eu toutes les peines à embarquer dans le TGV...

Après bien des péripéties dont on se serait passé et avec quarante minutes de retard (20 minutes cloués à Montpellier) nous sommes  arrivés, soulagés, à Béziers...

 

rockin daddy

 

jeudi, 12 juin 2014

2007, 18 juin Les Stones à Gerland... 2014 ! "ILS" arrivent ...

Les Rolling Stones, 25 ans après, au Stade de GERLAND

585f38e3bf1a11d71d23d2c9911be700.jpg



21 H05.... Le Bigger Bang explose l'écran tout comme l'intro de Start me up qui catapulte le Keith sur cette immense scène...

3c40c62aea5a99b5c673e8b6ff45d635.jpg



C'est enfin reparti pour deux heures.
Start me Up,... It's Only Rock 'n' Roll, ... She's So Cold, ... Bitch, ... Monkey Man, ... Let It Bleed, ... Midnight Rambler, le toujours gigantesque rôdeur de minuit que j'eus le plaisir d'apprécier déjà en 1970, en face du stade, dans le Palais des Sports alors que sévissait encore Mick Taylor... 290f86836ecfb2f9f8588e6c4166adc5.jpg
I'll Go Crazy, poignant hommage à James Brown avec une fantastique intervention de Lisa Fisher, craquante à souhait... Tumbling Dice....
Incroyable Jagger, infatigable showman qui dirige d'une main de maître cette bande de musiciens enthousiasmes dont on ressent à chaque morceau le plaisir qu'ils ont de partager cette addiction à notre passion.

L'ovation faite à Charlie, puis le délire pour Keith, de tout âge le public jubile... Ron Wood qui nous "force" à en rajouter.
Quelle belle ambiance.

Keith Richard négligemment accoudé au micro nous sert un émouvant You Got The Silver, magnifiquement accompagné à la guitare sèche par un non moins magnifique Ron Wood étonnant de punch et assurant parfaitement son soutien à Keith.... Wanna Hold You ....
Keith Richard, le temps de ces deux chansons a levé toutes les craintes le concernant. Ce soir il est géant comme on l'a toujours aimé.

..... Miss You qui accompagne les Stones se déplaçant sur la scène mobile qui les conduit au milieu du public... Rough Justice, ... Get Off Of My Cloud, ... Honky Tonk Women pour le retour à la scène principale qui nous tire une langue monstrueuse.
Des bras levés vers le ciel et des milliers de mains qui frappent le rythme affolant, une vague impressionnante qui remue de la pelouse jusqu'en haut des tribunes. Les poils des bras se hérissent et nos pupilles s'humidifient. Rien que du bonheur. Un vrai public des Grands Concerts. LYON, les Lyonnais et leurs invités s'éclatent après 25 ans de disette Rolling Stones. Ce soir la joie est à son paroxysme.

Puis vient le Temps de laisser Mister Jagger à s'apprêter en Malin.... Sympathy For The Devil, ...
Brown Sugar, puis Satisfaction nous font savoir que deux heures viennent de s'envoler à la vitesse du son, d'un Bigger Bang....

b27fb6a74f716bc690f24888d775ebf9.jpg



Le dernier salut avec ce qui fût lors de la sortie du Tunnel des Rolling Stones en 1968 le "nouveau Satisfaction"... Jumpin' Jack Flash.

Le temps est arrivé de la désormais traditionnelle cérémonie finale avec tous les musiciens qui nous remercient, puis les "4"... avec quelques pitreries du Pirate, qui ce soir fut grandiose......

8a651b996da52e2b43aa8441e77f3e13.jpg



Le Dad sur la télé régionale :FR3 Après le concert
http://www.youtube.com/watch?v=CktR6JiGgN0

Depuis, trotte dans nos têtes une P........ D'ENVIE d'aller les voir à BARCELONE.... Oui, mais.
M'enfin, LYON, c'était tellement inattendu ce COTE GIANT comme l'a dit Doc FOFO mon ami.

 

... 2014, 13 juin...

"ILS" arrivent !!!

   au Stade de FRANCE

http://stonefree.midiblogs.com/archive/2014/04/29/14-on-fire-europ-tour-805211.html

 

 

vendredi, 28 mars 2014

2006, 8 août, les ROLLING STONES à NICE !

2006, Le Bigger Bang des Rolling Stones se pose à Nice...
8 août, Palais Nikaïa.

medium_nicejeep21.jpg




Nikaïa viendrait d'après l'aimable marchand de journaux à qui j'achetais Nice Matin du vieux grec. Nikaïa, c'est tout "bêtement".... NICE !

Après avoir loupé les shows de Barcelone et de Paris pour cause d'annulation, nous avons cette chance d'être enfin là ce 8 août qui restera une fois encore gravé pour longtemps dans nos petites têtes...

Vers 15 H 00 et environ 450 bornes dans l'auto, on dépose nos valises à l'hôtel (complet depuis très longtemps et qui pour l'occasion avait passé le prix des chambres de 44 à 55 €....).

Un petit tour sur la promenade des Anglais, le temps de se dégourdir les jambes et savourer la beauté du coin.
Le temps aussi d'acheter la presse locale, NICE MATIN ayant sorti un encart spécial Stones pour l'occasion.

medium_nicematin_8_aout.jpg



Sans oublier la photo souvenir devant l'AFFICHE.

medium_nice_affiche_avec_co.jpg



Chemin faisant une petite halte pour se désaltérer, et c'est ainsi que nous avons discuté avec l’ingénieur des effets spéciaux rencontré dans ce bar alors que nous achetions nos sandwiches pour le soir…

Je lorgnais sur son badge Back Stage pendu à son coup…

Le mec, d’un « âge » m’a fait marrer en me disant au cours de notre discussion : « Le World Tour de Hallyday, c’est la France… Les Stones ......!!! »

C'est vers 19 H 00 que l'aventure commence en prenant un des bus des nombreuses navettes gratuites mises à disposition par la ville.
Premier merdier, le goulet d'étranglement aux entrées avec ces fouilles pour "éliminer" les appareils photos et les bouchons sur les bouteilles d'eau.
Comme le disait un de nos voisins, on laisse entrer dans les Rave party des tonnes de merde et ils viennent nous gonfler alors qu'ils savent pertinemment que bon nombre de téléphones portables sont dotés d'appareils photos ou vidéo.... M'enfin.

Et l'attente en voyant au fur et à mesure les espaces se remplir, et d'avaler nos petits casse-croûtes... Manière !

C'est vers 22 h 00 que les détenteurs des billets donnant accès aux balcons surplombant la scène s'installèrent. Nous étions pliés de rire lors de la huée de sifflets qui accueillirent ces locataires "privilégiés à 300 € le tixon...".
A noter que durant le show Keith ne s’est à aucun moment retourné vers eux, alors que Mick, de temps à autre, entre deux gambades, leur faisait un petit geste !!! Sacré Mick !

Très surpris que pour une fois, bien avant le démarrage du show l’ambiance a monté plus rapidement dans les tribunes que sur la pelouse…. Génial on gueulait plus fort que les "jeunes" d'en bas !!!!

22 H 15, c'est l'apocalypse !!!!!

Sur l'écran géant est projeté ce qui pourrait être le fameux Big Bang tant redouté.
Cette projection où se retrouve dans ce désordre de fin du monde divers objets dont, pêle mêle des guitares ou des langues s'agitant dans ce sauve qui peut terrifiant, se termine dans une fureur de bruit et d'éclairs annonciateurs du Riff d'enfer du non moins satanique Keith Richard .... JUMPING JACK FLASH !!!!! qui sonne le départ de plus de deux heures de délires.....

medium_nice1.jpg



Vue de la scène et un des nombreux effets spéciaux pyrotechniques...

La suite du concert !!!! Quelques lignes d'un ami du Forum TWIS en donnent une bonne idée :

**** Les grand moments du show... ben tout en fait !
Le meilleur Let's spend the night together que j'ai eu l'occaz d'écouter, un émouvant As tears go by, même si je me demande si le Jag' ne s'est pas un peu perdu dans les paroles.
Un Streets of Love impeccable et la chanson passe décidemment très bien en live. Un Midnight Rambler... pfff the claque in the tronche !
Ces guitares les amis... un son caverneux venu d'outre-tombe, l'harmo du Jag', le beat de Charlie...
Le set de la B-Stage qui a réveillé le public (un peu mou de mon côté, j'étais Ron's side, collé à la rampe à 20 m de la scène).
Un Sympathie For The Devil titanesque (rien à voir avec celui du SDF un peu foiré je pense) avec un duel de guitare de 1ère bourre (Ron avait sorti sa Gibson L5S pour l'occasion !). Un Paint it, black nickel chrome... Keith nous a joué l'intro mais alors quelle puissance... et ce signe de la main pour donner le signal à Charlie, quelle classe !
Un Satisfaction à fond les ballons avec un public enfin déchaîné ! ****

medium_nicejeep8.jpg



D'ailleurs dans les tribunes, où nous étions, les sièges furent très souvent libérés de leurs occupants debout et frappant les mains alors que Jagger & Co nous fracassaient la tête avec le géant Midnight Rambler (rien que pour le Dad’), l’incroyable Paint it Black « dédié à Corinne… ».
Sans parlé du délire sur Satisfaction.

medium_nicejeep25.jpg



Standing ovation, comme on dit maintenant, qu’on était pour le Charlie et pour le Keith.
Ce putain de Keith qui a réussi comme pour P’tit Stones à Paris, a provoquer quelques chaudes gouttes sur les joues du Dad’….
Et je ne vous parle même pas des nombreux frissons qui m’ont accompagné durant ces deux merveilleuses heures.

medium_nicejeep37.jpg



2003, nous nous étions séparés après un concert extraordinaire, 2006, difficile de trouver des mots plus forts pour pouvoir exprimer mes ressentiments sur ces légendes encore plus vivantes que jamais.

Et nous avons pensé en marchant, et si Jagger qui a dit à la prochaine (au SDF) pensait déjà vraiment à 2007 ?

Ce serait génial NON ????

medium_nicejeep55.jpg



Le bordel reprit ces droits à la sortie, Quasi impossible d'accéder aux bus pris d'assaut. Aucune indication, rares explications....
Nous n’avons pas aimé se taper le chemin du retour à l’hôtel à pied.
Environ une heure (moins long qu’à Montpellier en 1995, mais même punition).

Mercredi matin, après une nuit très courte, direction la Presse avec l'achat de NICE Matin:

medium_la_presse_nice.gif



Puis grande discussion passionnée avant le départ, devant l’hôtel, avec pas mal de gens extasiés .
Un parisien, ou encore un Ch'ti confrontant son accent avec l'ami toulousain.
Pour certains c'était la première fois, autant dire la grande claque.
Unanimes à dire.... INCROYABLES ces types, cette énergie, cet enthousiasme....
Et de se dire en se quittant, à la prochaine, pour sûr, nous y serons.

Lors de l'arrêt buffet à Marseille, nous avons trouvé l'édition de la Marseillaise.

medium_la_marseillaise.gif



De retour à Puisserguier ce mercredi soir, nous étions crevés mais HEUREUX …

2004, Bill Wyman l'ex bassiste des Rolling Stones

2004
3 & 4 septembre, Bill Wyman

medium_2004_affiche_bill_wyman.jpg



Villeneuve les Béziers

Bill Wyman à Villeneuve les Béziers avec son groupe les Rhythm kings pour un concert organisé par le club Harley Davidson "Les Brescudos" dont je salue au passage leur Président Christian Perras.

medium_2004_bill_wyman_dedicace.gif



Ma rencontre avec Bill Wyman, vendredi 3 septembre 2004. A l'hôtel "La Licorne" à Villeneuve les Béziers.
Je lui offre le CD ROOM de mon livre "Ladies and gentlemen THE ROLLING STONES…. 40 années passionnément !" ainsi que l'article que Patricia GUIPPONI du Midi Libre a écrit sur ma passion.

Il me dédicace très gentiment, avec le sourire, mon livre et l'article. Pour sa collection je lui remets aussi le lendemain l'article sur le concert et un billet d'entrée que j'avais acheté avant de savoir que je connaitrais le bonheur d'obtenir un "Back stage" et d'être le "CHAUFFEUR" de Bill Wyman.

medium_bill_wyman_3_sept_2004_03.jpg



J'eus aussi le plaisir d'aller accueillir, puis reconduire les Rhythm Kings à l'aéroport de Montpellier.
Le privilège aussi d'emmener Mike Sanchez, seul, prendre son avion, et sublime remerciement deux bisous de la chanteuse Beverly Skeete

E N O R M E S S O U V E N I R S



medium_lucien.jpg





Bill Wyman’s Rhythm Kings

Oui, Bill Wyman a été le bassiste des Rolling Stones. Il doit donc sa célébrité au ‘plus grand groupe de rock and roll du monde’ comme la légende le stipule. Qui n’a pas déjà remarqué sa silhouette élancée au fond de la scène, figée, le visage fermé, l’air timide ?

medium_B_Wyman.jpg



Chez Bill Wyman pas de frasques, de fantaisies ou même de sourires sur scène. Ce pince-sans-rire, ce Stone à part (il a publié un livre intitulé ‘Stone alone’ qui est autobiographique) a toujours eu un rôle efficace mais effacé.
Avec Wyman, on est loin des paillettes du rock, des apparences brillantes, des accoutrements tous plus fous les uns que les autres de Jagger et des attitudes provocatrices de Keith Richards. Bill Wyman, fidèle à sa personnalité réservée, loin du ‘star system’, est revenu à la musique qui l’anime et qu’il aime : le blues et le jazz. Après avoir longtemps servi loyalement les Stones et joué du rock, ce qu’il n’appréciait pas outre mesure, il revient entouré d’une pléiade de rock stars anglaises. Il joue enfin la musique qui le fait vibrer profondément. C’est peut-être ce côté humain qui est attachant chez Wyman.
Sa simplicité aussi le rend plus proche de son public. Certes il n’a pas l’aura de certaines personnalités du rock mais il rencontre aujourd’hui, à la soixantaine passée, un vrai succès avec ses Rhythm Kings.

medium_billwyman_live_berlin-3.jpg



d'après :http://www.aurock.com/site/article.php3?id_article=61

Le site officiel de Bill Wyman
http://www.billwyman.com/

Bill Wyman Sticky Fingers Restaurant

medium_rest_front.jpg


http://www.stickyfingers.co.uk/rest/index.htm

le site de Mike SANCHEZ
http://www.mikesanchez.co.uk/

medium_msheader01.jpg

2003, the Rolling Stones à Marseille

2003
5 juillet, the ROLLING STONES

medium_2003_marseille.gif



Marseille, Stade Vélodrome
the ROLLING STONES

Première partie : Sthereophonics

 Pendant deux heures et quart, les ROLLING STONES nous gratifient d'un concert dont l'essentiel des titres est un retour à leurs sources.

La plupart des morceaux sont ceux qu'ils jouèrent en 1970 au Palais des sports de Lyon-Gerland. Brown sugar, Midnight rambler, Wild horses, Sympathy for the devil....

medium_marseille_2003.gif



A mi concert les Stones se rendent sur une petite plateforme circulaire située au centre du stade et interprêtent I just want make love to you, Like a rolling stones et Street fighting man.

Les veinards proches de cette scène reçurent les baguettes de Charlie Watts.

Vers minuit nous n'avons pas vu The Midnight rambler (le rôdeur de minuit) mais une foule de très jeunes et de plus vieux partager une incommensurable joie d' avoir passé cette inoubliable soirée avec les Rolling Stones.

medium_2003_Marseille_5_juillet.jpg

1998, the ROLLING STONES, BARCELONE

1998
20 juillet, the ROLLING STONES

medium_1998_barcelone.gif



BARCELONE, stade olympique
the ROLLING STONES

Trois ans passés

Stade Olympique de Montjuic à Barcelone. Concert à la sortie de la porte des étoiles…

Ou quand le stade retombe dans le noir et que le silence reprend ses droits, ils nous laissent là,plantés, attendant quelques longues minutes pour nous remettre de l'électrochoc de plus de deux heures passées en compagnie des Rolling Stones en super forme.

1998, the ROLLING STONES, Stade de FRANCE

1998
25 juillet, the ROLLING STONES

medium_1998_stade_de_france.gif



PARIS-St DENIS, Stade de France
the ROLLING STONES

première partie
Jean Louis Aubert

C'est un Jean Louis Aubert impressionnant qui démarre cette soirée.

Des Rolling Stones en super forme lui succèdent pour une fois encore un show grandissimo. De grands moments de bonheur avec le rarissime Sister Morphine.

Et une fois encore le temps a passé trop vite "Jumping Jack Flash !"

1995, the ROLLING STONES, Bob Dylan, à Montpellier

1995
27 juillet, the ROLLING STONES

medium_1995_stones_montpellier.gif



Montpellier, Espace Grammont
the ROLLING STONES
Bob Dylan pour une tristounette première partie.


Et puis c'est toute la frénésie Rolling Stones, Keith Richard jubilant, Ron Wood, clope au bec, Charlie qui s'éclate à la batterie, et le Mick qui drague la choriste.

Les effets de lumières, la foule qui crie sa joie. C'est un vrai concert des Rolling Stones, comme on les aime.

.....Montpellier
Mick, Bob et 75 ooo fans
"Et soudain, Dylan parut au milieu des Rolling Stones"

medium_1995_bob_dylan.gif



A Montpellier
J'ai pu me faufiler jusqu'en dessous de la scène, là; à quelques mètres. J'ai regretté de ne pas avoir eu d'appareil photos !!!

medium_1995_bob_dylan2.gif

1995, the ROLLING STONES à PARIS

1995
30 juin, Paris, The ROLLING STONES

medium_1995_stones_paris.gif



Paris- Hippodrome de Longchamp
the ROLLING STONES

Le vendredi après-midi, à Europe n°1, j'assiste, en direct à l'émission Vinyl Fraise de François Jouffa.

Un peu plus tard je peux voir les Rolling Stones et les musiciens quitter l'hôtel Georges V, où je n'attrape "au vol" qu'un bout du visage de Mick sur ma photo.
Consolé d'avoir approché Bobby Keys avec deux bons clichés à la clé...

Et enfin, à l'hyppodrome de Longchamp le concert avec Bon Jovi qui assure le début des féstivités. Pendant sa prestation nous avons eu doit à une surprise, l'arrivée de Johnny Hallyday en hélicoptère... Il viendra se placer juste derrière nous... A la différence près, c'est que lui était dans les tribunes..

medium_1995_jagger_sympathy.jpg





Ce jour là Mick Jagger nous la "fit" avec sa redinguote et son chapeau haut de forme pour nous servir l'incontournable Sympathy for the Devil.



medium_1995_affihe_voodoo_1.jpg


Une des affiches "voodoo"






medium_lucien.jpg



La suite de cette fantastique saga des

ROLLING STONES

dans mon livre :



http://40anneesavectherollingstones.midiblogs.com/archive...

1990, The ROLLING STONES ... Turin

1990
28 juillet, the ROLLING STONES

medium_1990_turin.gif



TURIN, stade olympique
the ROLLING STONES

Un petit mois plus tard…. Stade Olympique de Turin, par chance c'était un samedi.

C'est encore l'émerveillement, avec les frissons en prime,la magie des Rolling Stones est infaillible.
Je ne saurais encore aujourd'hui décrire l'étonnement, la joie qu'ont ressentie mes amis qui les voyaient pour la première fois après que je leur en ai si souvent parlé.

medium_lucien.jpg




L'affiche de l'Urban Jungle 90 et le T-Shirt ramené de TURIN


 

medium_1990_l_affiche.jpg




La scène 1990,

medium_1990_la_scene.gif




La suite de cette fantastique saga des

ROLLING STONES

dans mon livre :



http://40anneesavectherollingstones.midiblogs.com/archive...

1990, the ROLLING STONES à Marseille !

1990
20 juin, the ROLLING STONES

medium_1990_marseille.gif



MARSEILLE, stade vélodrome
the ROLLING STONES


En pleine forme, les Rolling Stones, pour nous emmener presque deux heures dans leur enfer, aux enfers du rock n'roll stonien.

Du merveilleux "Paint It Black" au très satanic "Sympathy for the Devil", jusqu'au final de "Satisfaction"......


medium_logo_keith_nice.gif






La suite de cette fantastique saga des

ROLLING STONES

dans mon livre :



http://40anneesavectherollingstones.midiblogs.com/archive...

1982, les ROLLING STONES à LYON

1982,
16 juin, The ROLLING STONES

medium_1982_stones.gif



Lyon, stade de GERLAND
the ROLLING STONES

6 ans d'attente !!!!!!

Pour la première fois nous voyons les Rolling Stones dans un stade.
Stade de Lyon-Gerland.

Une première partie gigantesque avec J. Geils Band & Georges Thorogood pour un show des Rolling Stones tout aussi gigantesque.


medium_lucien.jpg




medium_PAGE_DE_GARDE_LIVRE.jpg



Voir la fabuleuse histoire des ROLLING STONES:



Mon livre:

http://40anneesavectherollingstones.
midiblogs.com/

1976, the ROLLING STONES à LYON

1976,
9 juin, the ROLLING STONES


medium_1976_stones_lyon.gif




LYON, Palais des sports
the Rolling Stones



... C'est la troisième fois que les
Rolling Stones
nous donnent rendez-vous à LYON...


On se serait bien passé de
Billy Preston....




medium_lucien.jpg




Retrouvez la saga des Rolling Stones :

http://40anneesavectherollingstones.midiblogs.com/



Billy PRESTON
1946-2006


medium_billy.jpgBilly Preston (né le 2 septembre 1946 à Houston, Texas (États-Unis) et décédé le 6 juin 2006 à Scottsdale en Arizona des suites d'une longue maladie), est un chanteur et acteur américain.

Enfant prodige, il débute à l'orgue puis passe au piano et joue alors qu'il n'est qu'adolescent pour Little Richard ou Ray Charles.
En 1969, il accompagne les Beatles au Fender Rhodes et à l'Orgue Hammond dans l'enregistrement de certaines chansons de l'album Let it Be comme Get Back ou encore Don't Let Me Down et bien sur Let It Be et joue aussi lors de leur dernier concert sur le toit d'un immeuble londonnien le 30 janvier 1969.

medium_preston-everybody.jpg



Il travailla ensuite avec les Rolling Stones, Eric Clapton et d'autres artistes menant en parallèle une carrière solo. Il était également compositeur. Un de ses succès les plus connus est "You are so beautiful", chanté par Joe Cocker en 1974.

medium_billy_Preston.jpg



A noter que Billy Preston est décédé le jour du concert lyonnais des Red Hot Chili Peppers qu'il avait accompagné aux claviers sur le dernier album, Stadium Arcadium. Le chanteur Anthony Kiedis lui a rendu un hommage pendant le concert.

1970, les ROLLING STONES à LYON !

1970,
3 octobre, The ROLLING STONES


medium_1970_stones.jpg



LYON, palais des sports
THE ROLLING STONES


Première partie
Buddy Guy & Junior Wells

Une machine à spectacle (scène, sonorisation,éclairage, roadies) parfaitement rôdée, et sans faille qui attend les spectateurs.
Les Rolling Stones à la hauteur de leur réputations qui nous offrent pendant plus de soixante dix minutes ce que beaucoup de groupes ne donnent plus. Du rock n'roll, Carol, Let it rock, Roll over beethoven, avec un salut a papa Berry. Du blues, Love in vain.***Mick Jagger, à l'inverse d'un Claude François auquel il pourrait faire penser, ne chante pas des marches pour boy scouts attardés ou des romances pour lectrices de Confidences. *** Dan Yack, LA VIE LYONNAISE.

medium_1970_palais.jpg



Dans la salle plus de dix mille personnes veulent être le plus près possible de la scène qui ne fait quelques mètres de large. Les filles tombent dans les pommes, les Stones nous envoient des fleurs. Ils s'en vont. Ils laissent derrière eux un vide sonore et physique. *** Ils terminèrent le spectacle avec Honky tonk woman et Street fighting man. Ils quittèrent la scène très rapidement et le public ne songea même pas à réclamer une autre. Les Rolling Stones ne reviennent jamais, ils ne sont pas à notre disposition, nous, si. *** Sacha Reins, BEST N°28.

medium_1971_p84.gif



Dehors, il fait froid. Dehors il fait triste...



medium_lucien.jpg



medium_get_yer_yayas_out.2.gifGET YER YA-YA'S OUT ! ....

L'album "live" qui donne une très bonne idée de ce que fut ce concert que je considère encore aujourd'hui comme le "plus grand" des ROLLING STONES ....



medium_blog.gif



http://40anneesavectherollingstones.midiblogs.com/